MESSAGE LPL - 08/03/2019

 

Incroyable tous vos messages ! Merci 😘
On est passé de la guerre au monde des bisounours 😂

Plus sérieusement, nous recevons de plus en plus de témoignages de personnes qui souhaitent, soit libérer leur parole et sortir d'une souffrance, soit simplement contribuer à une démarche qui fait sens, sensibilisé à la protection de l'enfance... un sentiment de devoir en somme...

Nous gardons très précieusement ces témoignages et de façon très confidentielle ! 
Ceci proviennent de toutes institutions, sans limite ni cadre.

Au vu de la somme de témoignages collectés, nous avons le projet d'en faire une "étude" sérieuse (anonyme bien sûr). 
Comment mettre en place une politique globale (prévention, éducation, répression...) sur une problématique qu'on ne connaît pas (ampleur ? Origine? Croissance ? responsabilité institutionnelles ?)
Quelle approche peu crédible... imaginerait on une politique de sécurité routière sans éléments statistiques préalables ? 
Ça s'appelle la pêche aux moules...

Cela pour dire que ces envois ne sont pas vains même si la réponse immédiate est courte (Du fait du volume), et que nous invitons tous ceux qui le souhaitent et qui ne l'auraient pas déjà fait, à venir libérer votre parole sous la forme qui vous plaira sur notre adresse mail :

laparoleliberee@gmail.com

Certains font des poèmes, certains sont exhaustifs, certains sont dans la colère, d'autres dans le pardon, parfois même sous forme de dessins, souvent le récit est aussi atroce que l'âme est belle, forcément de façon très intime...

Nous sommes 2 à ce jour à recueillir ces témoignages : Alexandre et François.

Et nous allons essayer de faire quelque chose de ces histoires de vie... quelque chose d'utile... quelque chose qui permette le changement... qui offre des garanties sur l'avenir...
Rien de pire qu'une souffrance vaine... Rien de plus beau que de la sublimer...

Voilà qui est dit...
LPL vous embrasse 😘



BFMTV - POUR MEMOIRE 09/03/2016

 

Désormais, Monseigneur Barbarin affirme "penser aux victimes tous les jours". "Je suis plus sensible à leur souffrance qu'à la mienne (...) Je porte les souffrances terribles provoquées par ce prêtre". Pourtant, le prélat refuse de quitter ses fonctions.

"Si je suis fautif, si je suis 'occasion à scandales', alors on verra", ajoute-t-il. "La justice va faire son travail". 



Petite mise en lumière de nos avocats, merci à eux !

Merci pour votre présence, votre dévouement, votre pugnacité et votre volonté de ne jamais rien lâcher.

 

De gauche à droite : Me Nadia Debbache, Me Jean Boudot, Me Emmanuelle Haziza,Me Elsa Loizzo , Me Raphaelle Hovasse, Me Yves Sauvayre


LE DAUPHINE LIBERE - LE 07 03 2019 - DECLARATION DE PIERRE VIGNON

 

« C'EST LE PEUPLE DE DIEU TOUT ENTIER QUI DOIT PRENDRE EN CHARGE SON EGLISE »

« En ce matin du 7 mars, nous apprenions la condamnation du cardinal Philippe Barbarin. C'était déjà une victoire pour les victimes qui se sentaient enfin reconnues dans leur action légitime. J'avais décidé de faire silence car la nouvelle se suffisait à elle-même. Le commentaire n'était pas nécessaire. Et puis à la mi-journée nous apprenons que le cardinal archevêque de Lyon présente sa démission au Pape François. Il me faut maintenant dire une parole, non pas pour me réjouir de cette issue mais pour montrer combien elle est dans la logique interne des évènements que nous vivons depuis plusieurs mois. Il se trouve que les évènements me donnent raison. Je serais stupide si j'en faisais une victoire personnelle. Je préfère revenir à la Lettre au Peuple de Dieu du Pape François du 20 août 2018, lettre qui fondait ma demande de démission à Philippe Barbarin. Il lui était alors évidemment difficile d'obtempérer à l'injonction d'un simple prêtre. Tout le monde peut comprendre maintenant pourquoi c'est à lui que je l'ai faite, et pas à un autre, et chacun peut saisir son sens prophétique. Il fallait que cette demande vienne d'un membre de l'Eglise et qu'elle soit dite fortement. J'ai refusé d'être considéré comme un rebelle et un trublion. J'ai ensuite été classé dans les lanceurs d'alerte, ce qui était mieux. » 

« Mais c'est un prêtre fatigué des palinodies de ses chefs qui a parlé et le message a aussitôt fait le tour du monde. Malgré le conseil que j'avais donné à mon évêque de Valence et au Bureau de la Conférence des Evêques de France, la bêtise de ma destitution a été commise. Elle était voulue par le seul cardinal Barbarin qui a entraîné avec lui les onze autres évêques de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Il fallait me faire taire. C'est devenu impossible. Pour retrouver leur honneur, ils doivent maintenant me rendre le mien. »

« Ne réduisons cependant pas à de tristes histoires d'hommes les enjeux autrement importants que cette crise manifeste. Premièrement, la reconnaissance des victimes de toutes les formes d'abus en particulier sexuels, le jugement et l'éviction de l'Eglise des prédateurs et prédatrices, le jugement et la mise à pied des évêques et supérieur(e)s religieux-ses qui ont couvert ces abus, et l'indemnisation des victimes non seulement d'abus sexuels mais de tous ceux et toutes celles qui ont été exclus d'une communauté sans raison et laissés sans moyens après des années de vie donnée à Dieu. Ensuite, dans cette crise planétaire qui crée une angoisse apocalyptique chez les fidèles, à juste raison, il faut entrevoir la voix de Dieu qui demande avec la voix du Peuple une sainteté de vie plus grande dans l'Eglise, la mise en place des laïcs formés dans des postes d'autorité, une part énormément plus grande pour les femmes en tant que telles, et le surgissement d'un nouveau style d'Eglise qui ne sera pas une négation de son identité ni de sa mission mais une manifestation nouvelle, dans un chapitre nouveau, de l'évangile éternel. »

« L'ancien chapitre, n'en déplaise aux traditionnalistes porteurs de longues mines et de longues queues, est définitivement clos en raison de la faillite morale : la messe est dite, ite missa est ! Je ne peux que copier Georges Clémenceau qui a dit en 1887 que la Guerre était une affaire trop grave pour qu'on la confie à des militaires. Il avait raison : l'Eglise est désormais une affaire de trop d'importance pour qu'on la laisse aux seuls évêques. C'est le Peuple de Dieu tout entier qui doit prendre en charge son Eglise. C'est cette nouveauté divine, pleine d'espérance, qu'il faut apercevoir derrière la multiplication des scandales et des affaires dont nous sommes gavés et abreuvés au point que nous n'en pouvons plus. Alors ma réponse est claire. »

« Pour la personne de Philippe Barbarin, je ne me réjouis pas car je ne lui ai jamais voulu de mal, même si la décision qu'il vient de prendre le met enfin à la hauteur de ce qui se passe. Mais pour l'Eglise nouvelle qui est en train de naître, je me réjouis profondément. Le roi est mort, vive le roi. Je souhaite que le Pape François oublie pour l'occasion qu'il est argentin et qu'il sait danser le tango. Nous n'avons plus besoin de pas en arrière mais seulement de pas en avant. Il rendra service à l'Eglise et au monde en acceptant la démission du cardinal. Vox populi, Vox Dei. Dieu seul est capable de faire descendre son amour vivifiant sur notre misère mortifère. Je remercie tous les médias qui, dans le monde entier, ont accompli leur devoir en donnant de l'écho à mon message. Père Pierre Vignon, Saint-Martin-en-Vercors, le 7 mars 2019. »








LE 07 03 19

Aujourd'hui est un grand jour et il mérite un petit écrit !

Nous allons savoir aujourd'hui si le droit républicain rejoint la morale... Si oui ou non on peut dire: Dieu merci les faits sont prescrits.

Nous sommes sereins, sans attente particulière sinon celle qu'on nous explique les fondements de la décision de justice. Que la qualité de la réponse soit à la hauteur de la qualité du débat...
Le besoin de comprendre...

Mais quoi qu'il advienne, nous avons déjà tout gagné. 
Parce qu'au fond du fond, tout au bout du chemin, face à sa conscience, son Dieu, son âme ou le regard de son enfant... Qu'est ce qui prime ? Qu'est ce qui reste ? 
Le droit ou la morale ?

C'est l'occasion également de vous dire que nous recevons des témoignages et des soutiens par centaines. François Ozon aura indéniablement contribué à la libération de la parole...
Ainsi ça devient un peu son combat... voir un peu beaucoup )))
Vos messages de remerciement envers lui et son travail sont très touchants et il consulte notre livre d'or quasiment chaque jour, troublé par une telle mobilisation.

Il est très frappant de constater que ces messages reçus sont motivés par le désir de s'impliquer dans une action collective... animés par un sentiment de responsabilité citoyenne...
Comme si ce film venait apaiser une souffrance individuelle et sourde, canaliser les énergies, transformer la solitude en solidarité et union fraternelle...
"Enfin entendu ! Enfin compris !"

Nous recevons également un grand nombre de contributions financières sur notre site internet. Ce soutien concret nous donne bcp de force et de visibilité... 
Il nourrit aussi nos ambitions... Renforce notre détermination... confirme l'utilité de notre implication...
Nous réfléchissons donc sérieusement à de grands projets pour cette cause... 
Nous vous en parlerons dans un futur proche...
Ceci pour vous dire que vos contributions ne sont pas veines, loin de là !

Immense merci à chacun individuellement, pour sa participation à sa manière à ce qui devient une mobilisation citoyenne dans l'intérêt des enfants, la protection de leur innocence...
La profonde bienveillance de cette démarche vient soulager une colère intérieur, elle lui donne un sens...

LPL vous embrasse 😘






SAINT ETIENNE / Le mardi 5 mars 2019 à 20h au Méliès Jean-Jaurès, un groupe de chrétiens s’est organisé pour proposer un ciné-échange à l’occasion de la sortie du film de François Ozon. « Cela pourrait permettre de mieux comprendre ce que peuvent vivre les victimes même plus de 40 ans après les faits. Comment être à l’écoute de leur souffrance ? Comment est-il possible de les repérer pour les aider au plus tôt ? ».


Les intervenants sont : 


– Olivier DEBIZE membre de LA PAROLE LIBÉRÉE. 
– Jean-Luc SOUVETON, prêtre et victime de Régis PEYRARD. 
– Jean-Louis REYMONDIER diacre, délégué épiscopal auprès du monde de la justice. 
– Sylvie BARJON présidente d’AISPAS et psychologue clinicienne. 
– Gilles EPALE président de la Ligue de l’enseignement et administrateur d’AISPAS.

Lors de cette rencontre, vous verrez « Grâce à Dieu » avec Melvil Poupaud, Denis Ménochet, Swann Arlaud, et Josiane Balasko.

Alexandre vit à Lyon avec sa femme et ses enfants. Un jour, il découvre par hasard que le prêtre, qui a abusé de lui chez les scouts, officie toujours auprès d’enfants. Il se lance alors dans un combat, très vite rejoint par François et Emmanuel, également victimes du prêtre, pour « libérer leur parole » sur ce qu’ils ont subi. Mais les répercussions et conséquences de ces aveux ne laisseront personne indemne.

 




Le Père Jean-Luc Souveton, victime du Père Peyrard dans le diocèse de Saint-Etienne, revient sur le sommet sur les abus sexuels convoqué par le Pape François au Vatican.



GRACE A DIEU - 18 02 2019


Pour mémoire - CASH INVESTIGATION - 23 Mars 2017


18 Février 2019 - Radio Canada Info - Le scandale de pédophilie qui secoue l'Eglise française






20 FEVRIER 2019 - L'EXPRESS

TÉMOIGNAGE

 

"Grâce à Dieu": "De fervents catholiques nous ont remerciés"




Février 2019 - Image du film de François Ozon ou l'on voit les acteurs Denis Menochet (François Devaux) et Eric Caravaca (Bertrand Virieux)






Le 19 02 19 - François Devaux interrogé chez BOURDIN DIRECT

https://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/audio/rmc-1902-temoignage-rmc-francois-devaux-454489.html

 


FRANCE 3 JT 12/13 RHONE ALPES - 12 02 19

Avant première du Film de François Ozon - GRACE A DIEU

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/emissions/jt-1213-rhone-alpes


Février 2019




Le 10.01.19 - Fin du procès Barbarin


Le 09.01.2019 - Pierre Vignon


08.01.2019 - Analyse de Christine Pedotti du procès Barbarin

 



Le 10.01.2019
Procès Barbarin - LE PROGRES" 

https://www.leprogres.fr/rhone-69/2019/01/10/pedophilie-dans-l-eglise-de-lyon-quatrieme-et-dernier-jour-d-audience-du-proces-barbarin-ce-jeudi

 


Le 07.01.19

 

https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-lyon-metropole/2019/01/06/le-cardinal-barbarin-devant-la-justice-a-lyon-une-affaire-hors-normes-long-format

 


LE 21 12 18

FRANCE 3 / JOURNAL REGIONAL DU 20.12.18 19/20 / AFFAIRE BARBARIN / QUE SAVAIT L'EVEQUE DE VALENCE ?

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/emissions/jt-local-1920-de-rhone-alpes?fbclid=IwAR0fidwCh3gaXrjY_l8V-UXkww84prFwg8v5eyS_YAjwinW-K__aJiIKfkA

 

 


Le 1er Novembre 2018

 

Communiqué

 

Nous apprenons par Pierre Vignon que son supérieur à l’Officialité interdiocésaine de Lyon lui a signifié ce matin, à 9h30, que les 12 évêques de la Région Auvergne-Rhône-Alpes l’on destitué de sa fonction de juge ecclésiastique.

Nous avions loué le courage de Pierre Vignon lorsqu’il rendit publique sa lettre qui fit l’objet d’une pétition, demandant la démission de Mgr Barbarin de l’archevêché de Lyon, dont la position et l’historique dans l’affaire Preynat empêchaient tout dialogue de l’institution avec les victimes. Le cas des victimes du Père Preynat était devenu une affaire nationale et symbolisait le déni de l’Eglise opposé aux victimes de pédocriminalité par des clercs. Pierre Vignon, en sa qualité de juge ecclésiastique, connaissait très bien les dossiers de tant de victimes, non seulement de crimes sexuels sur enfants, mais d’abus de conscience et de pouvoir commis par des clercs, prêtres ou responsables de communautés, sur les personnes. Il savait, publiant sa lettre, à quelles conséquences il s’exposait.

Nous prenons acte de ces conséquences. Nous observons, puisque l’Eglise a le sens des symboles, que la décision est prise à la veille de l’Assemblée plénière des Evêques de France à Lourdes, au moment où devaient être prises des résolutions fortes pour endiguer la culture de l’abus dans l’Eglise. Et que cette notification intervient le jour de la Toussaint. Nous estimons, sans être experts, et puisqu’on parle de Lyon, capitale des Gaules se glorifiant de ses martyrs, qu’il y a plus de saints martyrs parmi les victimes de l’Eglise que parmi ceux qui fêtent en grandes pompes aujourd’hui sous certaines voûtes la Toussaint.

Il nous est aussi démontré que le cléricalisme, dont le pape François a pointé qu’il s’identifiait à une culture de l’abus, a encore de belles heures en France, lorsque ces 12 évêques réunis sanctionnent un de leurs prêtres parce qu’il a rompu avec cette culture. Qui donc parlera aux victimes ?

Nous remercions et honorons Pierre Vignon d’avoir été une voix, enfin, qui s’élève parmi ses pairs pour dire une parole à hauteur de ce que la situation et son Evangile lui disaient.

 

 

François Devaux


LYON, LE 25 octobre 2018

Chers amis.

Nous souhaitions vous remercier tous très sincèrement pour votre soutien durant ces 3 années. Nous avons eu la chance de réunir autour de nous des personnes extrêmement mobilisées tant au niveau des laïcs, de quelques religieux, des médias, des avocats, de quelques politiques, de l'opinion publique, et surtout la confiance des victimes. Nous tous ensemble avons réussi à faire entendre la réalité d'un fléau, d'une omerta, d'une grave erreur de notre humanité.

Ainsi nous sommes le premier maillon qui permet de prendre acte de cette vérité soigneusement dissimulée pendant des décennies dans une immoralité qui nous laisse tous dans un état de sidération. Nous avons su porter au plus haut de l'église, des autorités publiques, du législateur, de la justice et de l'opinion publique cette effroyable réalité d'un système et d'une terrible mécanique, et nous pouvons être fiers des nombreuses victoires gagnées une à une, ensemble.

Aujourd'hui, les autorités publiques expriment clairement leur désintérêt pour cette réalité, l'absence de nécessité de faire un constat statistique sur l'ampleur de ce fléau afin d'avoir une juste analyse et de prendre les bonnes décisions. Si l'église et les autorités publiques refusent de prendre leurs responsabilités en se cachant honteusement derrière la séparation des pouvoirs, nous ne pourrons pas le faire à leur place.

Nous ne portons pas les conséquences de l'irresponsabilité et l'absence de courage et le silence des autres. Aujourd'hui, chacun est face à sa conscience et l'avenir nous dira où est la vérité. Nous l'avons toujours affirmé, nous n'avons pas vocation à durer. Mais se pose la question pour La Parole Libérée de son avenir et de ce qu’elle doit apporter à notre société.

Chacun doit prendre ses responsabilités. Nous avons pris les nôtres et nous sommes engagés en tant que citoyen, animés par des convictions profondes, mettant en péril nos propres équilibres pour que demain des enfants ne vivent pas ces traumatismes insupportables.

Ainsi, nous avons pris la décision de prendre le temps de la réflexion de l’avenir de notre association. Evidemment nous vous tiendrons informés de nos réflexions.

Cela permettra non seulement de revenir à un rythme de vie plus serein pour nos proches et nos propres enfants mais aussi de se poser la question de notre utilité et des combats à mener sous d’autres formes et avec d’autres âmes.

La pédocriminalité doit être combattue sans limite et le silence doit être brisé sans relâche

Merci pour tout ce que vous avez fait à nos côtés.

 

Alexandre et François


LA PAROLE LIBEREE

 

Projet de réforme de l'Eglise sur la prise en charge des victimes d'actes de pédophilie commis par des clercs 

Document à télécharger

Télécharger
Projet de réforme de l'Eglise sur la pri
Document Adobe Acrobat 1.4 MB


LA PAROLE LIBEREE – REPORTAGES EN QUELQUES DATES

 

https://www.6play.fr/le-1945-p_1058/pretre-pedophile-rhone-c_11525786#/m6/le-1945/11525786-rhone-un-pretre-accuse-de-pedophilie

M6 – Le 1945 – Décembre 2015

 

https://www.youtube.com/watch?v=FQNLnVuxOls

Conf de Presse LPL – 12 01 2016 (son de mauvaise qualité)

 

https://www.dailymotion.com/video/x3vjfdi

BFM TV – 26 Janvier 2016

 

http://fr.euronews.com/2016/02/19/la-croisade-des-victimes-presumees-d-un-pretre-pedophile

Euronews – La loi du secret – Février 2016

 

https://www.youtube.com/watch?v=ABwZMyV2A_k

LCI  Valerie Expert - Mars 2016

http://www.lcp.fr/emissions/ca-vous-regarde/274486-pedophilie-dans-leglise-un-silence-coupable

LCP – Ca vous regarde – débat – 10 Mars 2016

 

https://www.youtube.com/watch?v=1I7HrkMPz0g&t=3651s

Compléments d’Enquetes – 31 Mars 2016

 

https://www.youtube.com/watch?v=0-YvIB63nHU&t=1277s

Cash Investigation – 23 Mars 2017

 

https://www.youtube.com/watch?v=QgCQdXAeY0E

Silence Brisé le Débat – 12 Mars 2018

 

https://www.youtube.com/watch?v=JHxTS9TAc3Y

 Arte – l’Eglise face aux scandales pédophiles – Mars 2018

 

 


Télécharger
Paroisse Sainte Foy les Lyon - Mot de Er
Document Adobe Acrobat 982.2 KB

Mot du père Eric de Nattes - Paroisse de Sainte Foy lès Lyon




23 mars 2018

REPLAY FRANCE 3 - PEDOPHILIE : UN SILENCE DE CATHEDRALE

ATTENTION : DISPONIBLE QUELQUES JOURS SEULEMENT


EXTRAITS



FRANCE 3 - LE 21 MARS 2018

PEDOPHILIE - UN SILENCE DE CATHEDRALE

 

Pédophilie un silence de cathédrale, un documentaire de Richard Puech suivi d'un débat, mercredi 21 mars à partir de 20h55 sur France 3.

Pour débuter, un document inédit : Enfants, ils ont été abusés par un prêtre pédophile. Aujourd’hui, ils sortent du silence. Des victimes de tout âge et de partout en France témoignent à visage découvert pour raconter leur calvaire, dénoncer les silences de l’Église et son système ancien d’étouffement des affaires. À travers leur parole enfin libérée, ce film révèle l’ampleur du fléau dans l’Église catholique de France.

Puis vers 22h30, Carole Gaessler échangera sur le thème Prêtres pédophiles : et maintenant que fait l'Eglise ? aux côtés de :

- Monseigneur Luc Crépy, évêque du Puy-en-Velay, Président de la cellule permanente de lutte contre la pédophilie au sein de l’Eglise Catholique.

- Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef du journal « La Croix »

- François Devaux, Président de l’association « La Parole Libérée »

- Le Père Stéphane Joulain, prêtre et psychothérapeute. Il reçoit victimes et auteurs de violences sexuelles

- Olivier Savignac, victime d’un prêtre pédophile.

Aborder des sujets difficiles ou controversés, provoquer la réflexion et donner à connaître de notre histoire récente, tels sont les objectifs que France 3 s’est fixée à travers ses documentaires, souligne la chaîne. 

Avec Pédophilie, un silence de Cathédrale, j’ai voulu faire un film qui donne la parole aux victimes de prêtres pédophiles. À celles et ceux dont les révélations avaient été trop longtemps étouffées par le clergé. Eux seuls pouvaient dire la réalité et l’ampleur du fléau dans l’Eglise.

En les rencontrant, j’ai vite réalisé qu’ils étaient tous « marqués à vie », et qu’une seule agression subie enfant suffisait, comme souvent avec la pédophilie. J’ai surtout compris la difficulté supplémentaire qu’il y a à sortir du silence quand le bourreau est un prêtre, quand l’Eglise pèse de tout son poids pour protéger ses membres, fussent-ils criminels.

J’ai mesuré le courage qu’il a fallu à ces hommes et ces femmes pour parler à visage découvert. J’ai recueilli leurs témoignages, j’ai écouté leurs souffrances, j’ai été transporté par leur colère. La confiance qu’ils m’accordaient m’obligeait. Ce documentaire devait être alors un film de combat. Un combat qui relaie celui de La Parole Libérée, l’association des trois victimes lyonnaises sans lesquelles rien n’aurait pas été possible. Trois anciens scouts abusés par le même prêtre pédophile qui ont fait éclater le scandale en France en 2016, 15 ans après celui de Boston aux Etats-Unis.

Trois Lyonnais qui ont réveillé des centaines d’autres victimes, partout sur le territoire. Trois pères de famille qui se battent aujourd’hui encore pour faire juger leur prédateur et tous ceux qui l’ont protégé, jusqu’aux plus hauts responsables du clergé. Un combat pour la vérité qui, face aux silences de l’Institution, sollicite les médias pour alerter l’opinion. Partout en France la parole se libère, des voix qui parfois n’avaient pas osé s’exprimer jusque-là ou que l’on n’avait pas voulu entendre.

Grâce à La Parole Libérée, un système d’étouffement des affaires pédophiles ancré dans l’Eglise de France a été dévoilé au grand jour.

Ce film prolonge leur action, en révélant les complicités actives et les dissimulations coupables du haut clergé partout en France. En décryptant une culture du silence ancienne, qui remonte au 12ème siècle lorsque l’Eglise a mis en place le système dit de « la correction fraternelle » pour étouffer les scandales en interne. Nous questionnons également la relation trouble du catholicisme avec la sexualité, et l’impact de la règle du célibat.

Ce documentaire veut ainsi placer l’Eglise face à ses responsabilités. Alors qu’elle est déjà confrontée à un déclin historique, saura-t-elle se réformer pour éradiquer la pédophilie dans ses rangs et survivre au scandale ?

Ce film, enfin, se veut utile, pour ceux qui osent parler comme pour ceux qui restent enfermés dans le silence. Un documentaire qui libère la parole. Un film choral, où les témoins s’épaulent les uns les autres, où leurs voix longtemps isolées, inaudibles, s’orchestrent en force collective. Pour que plus jamais un enfant ne soit abusé par un prêtre.

Richard Puech.




A VOIR ABSOLUMENT : L'EGLISE FACE AUX SCANDALES PEDOPHILES

Disponible en replay jusqu'au 23 Mars


JANVIER 2018 - COMMUNIQUE DE LA PAROLE LIBEREE

Grâce à la générosité d'amis de la première heure, La Parole Libérée ira aussi jusqu'à SANTIAGO pour participer au séminaire (regroupant de nombreuses associations du monde entier) relatif aux abus sexuels commis par des clercs, protégés par la hiérarchie catholique.

PLAIGNANT CONTRE KARADIMA: "LE PAPE EST LA PLUS GRANDE DECEPTION AU COURS DES DERNIERES ANNEES" 
Le journaliste Juan Carlos Cruz, plaignant contre le curé de El Bosque, a déclaré que Francisco vient seulement au Chili pour essayer de soutenir la hiérarchie de l'église chilienne qui est « en train de couler ».

Les préparatifs pour la visite du pape François dans notre pays, du 15 au 18 janvier, sont en cours de finalisation dans les villes où le pontife sera: Santiago, Temuco et Iquique. Une visite qui a soulevé la controverse non seulement à cause de la façon dont il sera coûteux pour l'Etat (7 milliards $), mais aussi parce qu'il est à ce jour sur son ordre du jour au Chili un espace pour les victimes d'abus sexuels par religieux Juan Carlos Cruz, l'un des plaignants contre Fernando Karadima, était l'un de ceux qui avaient demandé une audience avec le pape. 
"Les victimes nous ont demandé 15 à 20 minutes pour parler face à face, parce qu'elles ne voulaient jamais nous entendre, elles nous entendaient toujours par des criminels comme Ezzati, Errázuriz ou Barros", a-t-il déclaré au journal La Nación. Pour Cruz, cette visite "est totalement fausse, il parle de tolérance zéro et sa tolérance zéro est plus fausse que Judas, car il ne fait rien pour l'abus sexuel. 
En fait, il y a une semaine, il a donné les funérailles les plus pompeuses à l'un des plus grands cardinaux dissimulateurs du monde, Bernard Law.

« Je pense que le pape vient pour sauver la hiérarchie de l'Eglise chilienne s'enfonce et d'essayer de le faire avec son rockstar de puissance, la convocation pour sauver la peau de ces évêques couler pour se cacher et constamment cacher des cas des abus qui continuent à ce jour ", at-il ajouté. Le journaliste a déclaré que pour lui "le pape est la plus grande déception qui ait existé ces dernières années. Il a commencé avec tous les airs d'un homme qui allait vraiment faire quelque chose et a prouvé être un homme têtu, plutôt que de rejeter ou de punir les évêques qui ont couvert des récompenses d'abus, de sorte que le rend complice. Pour que les abus continuent à se produire actuellement, il faut qu'il y ait une acceptation de la hiérarchie et du maximum de leadership, qui est lui. Le pape, avec un coup, pourrait mettre fin à tout cela, mais néanmoins il ne le fait pas. Il est un homme titulaire rien de plus, et des titres absolument vides ". "Je suis prêt à parler avec le pape" Cruz, qui traverse le Chili et retournera aux Etats-Unis dans les prochains jours - il est basé à Philadelphie - a dit que pour les jours où le pontife est dans le pays, il reviendra des Etats-Unis. avant la possibilité que finalement il puisse rencontrer le pape. "Nous avons demandé une audience et ils nous ont dit que l'ordre du jour était très chargé. Mais de nombreuses fois ils s'assoient dans les premiers bancs aux victimes dans les actes et les appellent comme une chose de relation publique. Je serai là, je suis toujours prêt à parler, comme nous l'avons toujours fait », a-t-il dit. De plus, à ce jour la base de la confiance qui fait partie d'organiser un séminaire au Chili avec des gens « qui viennent de partout dans le monde et nous voulons accompagner, comme Sara Oviedo, ancien vice-président du Comité des droits de l'enfant ONU; Peter Saunder, qui m'a remplacé quand le Pape m'a fait descendre de la Commission du Vatican; Pedro Salinas, le journaliste péruvien qui a découvert l'affaire Sodalicio, et Alberto Athie, du Mexique, qui ont contribué à la découverte des légionnaires. " Il a également noté que les paroissiens d'Osorno qui demandent le départ de l'évêque Juan Barros, qu'ils accusent de couvrir Karadima, organiseront des manifestations à cette époque. "Moi et tous les gens qui viennent au séminaire vont aussi soutenir les gens d'Osorno, qui sont des gens d'église, des gens très gentils. Où ils sont, nous serons avec eux pour les soutenir. "


jANVIER 2018

Télécharger
2264-Que+nous+est-il+arrivé _+De+la+sidé
Document Adobe Acrobat 338.1 KB

Merci à la Nouvelle Revue Théologique qui nous autorise à mettre sa revue de Janvier Mars 2018.

 

Nous préconisons la lecture de Mgr Eric de Moulins-Beaufort sur le thème : Que nous est-il arrivé ? De la sidération à l'action devant les abus sexuels dans l'Eglise.



Cher(e)s adhérent(e)s, Cher(e)s Ami(e)s de La Parole Libérée,

 

Vous trouverez ci-joint en fichier PDF  le rapport de réforme de l'Église catholique sur la prise en charge des victimes d'actes de pédophilie commis par des clercs établi par l'association La Parole Libérée.

 

Celui ci devait être présenté le 13 octobre dernier à Monseigneur CREPY en sa qualité de président de la commission permanente de lutte contre la pédophilie.

Alors que ce rendez-vous était fixé depuis plusieurs mois, non seulement en termes de date mais aussi en termes de contenu, Monseigneur CREPY a préféré le 10 octobre, renoncer à cette rencontre, décision que nous regrettons et qui reste incomprise.

Les victimes souhaitent, plus que jamais, porter à la connaissance de l'ensemble des évêques de France et des membres du clergé Français, ce projet de réforme,  qui vise à les protéger et à les reconnaître en tant que telles, dans l'église de France.

 

 

Espérant que celui ci sera les prémices d'une réflexion approfondie, globale et pérenne quant à la nécessité de décision et d'action pour faire face à ce fléau dans une démarche cohérente et déterminée.


Télécharger
LA PAROLE LIBEREE - Projet de réforme de l'Eglise sur la prise en charge des victimes d'actes de pédophilie commis par des clercs
LPL -projet de réforme de l'Eglise.pdf
Document Adobe Acrobat 566.7 KB