Appel à témoignages          
Tony Anatrella          


 
10 octobre 2016
Appel à témoignages
(Le présent communiqué est à la seule initiative de l'association La Parole Libérée
en vue d'une diffusion la plus large possible afin de mobiliser les victimes.)

Le Diocèse de Paris a pris la décision de réunir une commission "spéciale" concernant le cas de TONY ANATRELLA
Suite aux alertes lancées par plusieurs ecclésiastiques et victimes de ses agissements, le Diocèse de PARIS a décidé de recueillir le plus grand nombre de témoignages pour que Tony Anatrella s'explique sur ses "pratiques thérapeutiques".

Cette commission est présidée par Eric de Moulin Beaufort, Évêque auxiliaire de Paris et Vicaire Général de l'Archidiocèse de Paris.
Plusieurs victimes ont déjà témoigné à ce jour.
Plus les victimes se manifesteront, plus le Diocèse de Paris sera à même de comprendre les pratiques de Tony Anatrella.
Vos témoignages resteront totalement anonymes. Pour les victimes qui ont pu témoigner devant la commission cela a été libératoire.
En effet non seulement les victimes se sont libérées d'un poids, ce  qui est une première étape de reconstruction personnelle, mais elles font œuvre utile, pour faire cesser ces agissements.
Le Cardinal VINGT TROIS sera amené à prendre une décision au vu de l'ensemble de ces  témoignages et des explications fournies par Tony Anatrella.
Il est donc fondamental de saisir cette opportunité pour enfin livrer votre témoignage. Que vous soyez victimes ou proches de victimes, il convient de vous mobiliser !
Vous pouvez  contacter  le Diocèse de Paris ou  laisser votre témoignage sur le contact de l'Association ( laparoleliberee@gmail.com ) qui transmettra si vous le souhaitez.
Vous trouverez ci-dessous le témoignage d'une victime qui a été entendue par la commission et l'enquête de Médiapart, vous comprendrez l'intérêt de cette démarche :

 TÉMOIGNAGE SUR MON AUDITION DEVANT LA COMMISSION

Ancien patient de Tony Anatrella et victime des pratiques thérapeutiques déviantes de sa part, j’ai pu  témoigner devant la commission.

Ainsi, s’achevait une recherche de plus de 5ans et s’ouvre pour moi une nouvelle étape.

Depuis 5 ans, je me ressentais un peu comme une boule de billard percutée de plein fouet et qui rebondissait au gré des avis et des rencontres, à la recherche d’un point de chute.

Depuis 5 ans, je vivais dans un état de tension très fort, mêlant sidération, tristesse et colère alternant combattivité et abattement...

A la recherche d’une possibilité d’alerter et de signaler cette thérapie dangereuse et abusive ; au-delà de mon cas, qui d’autre est en danger ? Comment porter la voix contre un homme si reconnu ?

Au fil des différentes alertes, le diocèse s’est emparé de la situation. Une porte s’est ouverte

C’est donc dans un état d'esprit mêlant soulagement et appréhension que je  suis allé témoigner.

Soulagement car aller devant la commission concrétisait une longue recherche: transmettre une information aux personnes concernées : le diocèse de Paris, autorité hiérarchique de Tony Anatrella.

Appréhension car cette situation ne tombe pas sous le sens : la commission allait-elle comprendre comment un homme de 35 ans a pu se laisser convaincre de subir et de  pratiquer des attouchements physiques et sexuels dans le cadre d’une psychothérapie ? Sujet difficile, qui renvoie à chacun sa propre expérience intime et interpelle ses capacités à y faire face lucidement. 

Appréhension aussi parce qu’il est compliqué de raconter le cheminement mental, l’exploitation des failles, les périodes fragiles de sa vie. Elles emportent avec elles tous les proches, les choix, les errements… A synthétiser en une heure, exercice détonnant de frustration et de libération. Compliqué de le comprendre aussi.

Quoi qu’il en soit, j’ai été écouté avec attention et respect. Mon témoignage n’a pas été orienté et c’est un grand pas.
Aujourd’hui, les échanges avec le diocèse continuent. D’autres témoins se sont rendus devant la commission. Combien ?
J’ai peur que nous soyons trop.
Je souhaite surtout que l’ensemble des victimes ayant la possibilité d’aller déposer leur souffrance s'y rendent
C’est une démarche très positive, même si elle remue des considérations très dérangeantes.
Le tort causé nécessite reconnaissance et  réparation, seul chemin de guérison.

 

Télécharger
De nouveaux témoignages accablent Mgr Anatrella et ses thérapies sexuelles.
PAR DAPHNÉ GASTALDI, MATHIEU MARTINIERE ET MATHIEU PÉRISSE ARTICLE PUBLIÉ LE LUNDI 10 OCTOBRE 2016
Mediapart - De nouveaux témoignages acca
Document Adobe Acrobat 79.6 KB