Tendre la main aux victimes potentielles    
des 25 dernières années...    

Neulise, Cours la Ville, Le Coteau


En 1991, l'archevêché de Lyon a sans doute pensé avoir réglé le "problème Preynat" en envoyant le prêtre exercer son ministère dans le département de la Loire et plus précisément à Neulise (paroisse Notre Dame des Coteaux du Levant).

Par la suite, il sera de nouveau déplacé en 1999 dans la paroisse "Saint Michel en Rhône et Loire" (Cours la Ville) puis "Sainte Claire entre Loire et Rhins" (Le Coteau). Il exercera son ministère jusqu'au 1er septembre 2015.

Finalement, il sera donc resté au contact d'enfants pendant 24 ans, via l'enseignement du catéchisme, les préparations à la communion, les séances d''éveil à la foi et la formation des servants de messe - et ce en opposition totale avec ce qui avait été affirmé à certains plaignants au début des années 1990 puis réaffirmé à d'autres notamment en 2011.

Comme le dit Franck Favre en novembre dans sa première indignation publique avant que l'affaire ne sorte "la présomption d’innocence reste la règle pour les 25 années écoulées toutefois, sachant que tous les spécialistes s’accordent sur le fait que la pédophilie n’est pas une maladie mais une préférence sexuelle et que la guérison n’existe pas, nous pouvons à bon droit craindre  d’autres passages à l’acte dans ce dernier quart de siècle. Comment ne pas au moins s’en inquiéter ?"

La présence du prêtre pendant des années dans le haut beaujolais a inquiété ce riverain, lanceur d'alerte de la première heure, lorsqu'il a pris connaissance de son passé.

Indigné et stupéfait qu'un prêtre ayant avoué à sa hiérarchie ses actes de pédophilie ait pu continuer d'exercer tranquillement son ministère à l'insu de tous, il dénonce une prise de risque, une mise en danger des enfants et décide de lancer l'alerte pour offrir une main tendue aux victimes potentielles et libérer leur parole .

La lettre d'information qu'il a rédigée et diffusée grâce à son site internet communal l'a mis en contact avec François.

Ensemble, ils ont dans un premier temps contacté les institutions ayant mis le prêtre au contact d'enfants sans rien leur reprocher mais pour leur suggérer de bien prendre la mesure de leur responsabilité, d'informer les victimes potentielles en les invitant à déclarer tout abus dont ils auraient pu faire l'objet. Quelques très rares réponses les ont assurés de leurs prières et de leur considération mais, à notre connaissance, rien n'a vraiment été fait.

Quoi qu'il en soit, le rapprochement de François et de Franck est l'élément initial qui a permis la création de "La Parole Libérée".

 

Si vous souhaitez plus de renseignements sur le lettre d'information de Franck vous pouvez la consulter en vous rendant sur le forum "Ranchal village vert" ou contacter directement son auteur.

 

Listes des institutions concernées:

Paroisse Saint Michel en Rhône et Loire : Bourg de Thizy - Thizy - La Chapelle de Mardore - La Gresle - Cours-la-Ville - Le Cergne - Mardore - Pont-Trambouze - Ranchal - Sévelinges - Thel.
Paroisse Sainte Claire entre Loire et Rhins : Combre - Commelle et Vernay - Cordelle - Le Coteau - Montagny - Notre Dame de Boisset - Parigny - Perreux - Pradines - Régny - Saint Cyr de Favières et l'Hôpital sur Rhins - Saint Vincent de Boisset.
Écoles : École Saint Charles à Cours la Ville, École Saint Marc au Coteau et nombreuses autres écoles catholiques de la région ayant fait appel au prêtre pour le catéchisme ou d'autres activités.


Chronologie


Pour consulter la chronologie factuelle complète des affaires Preynat et Barbarin, cliquez ici :


Les quatre zones approximatives concernées par l'affaire Preynat


Revue de presse post 91

Télécharger
Les week-ends coursiauds du père Preynat
Les informations sur l'état de santé du prêtre démenties par son avocats et par des témoins.
PAYS ROANNAIS 260117 001.jpg
Image JPG 774.6 KB

9 mai 2016 : En dépit du bon sens.
(Commentaire suscité par l'article de Lyon capitale du 8 mai et notamment des déclarations du président des parents d'élèves de l'école privée de Cours la Ville Pierre Aubonnet)

Personne ne comprend comment un prédateur sexuel peut abuser d’enfants pendant 40 ans alors que de nombreuses personnes connaissent son problème. Dans l’affaire Preynat comme dans d’autres, nous constatons que c'est malheureusement possible et même courant, surtout quand il est entouré d'admirateurs qui ne veulent pas voir et qui, lorsqu’ils savent, font tout pour aveugler les autres.


Février 2016 : La Parole semble se Libérer au sujet de comportements "dérangeants" du Père Preynat après 1991...

Février 2016 : Affaire Preynat : Témoignage d'un abus à Cours la Ville en 2003.




Pays Roannais, jeudi 14 janvier


Le Progrès, mercredi 13 janvier