Let’s travel together.

Les saveurs secrètes de Paris

Vous voulez goûter les meilleurs steaks, les baguettes les plus fraîches, les bars les plus chaleureux et les marchés de rue cachés de Paris ? Avec l’aide d’experts, découvrez les joyaux cachés de la scène gastronomique parisienne. Cet article vous montre comment.

La pâtisserie secrète de Gérard Mulot

Gérard Mulot est un fantastique pâtissier et traiteur de Saint-Germain. Cherchez les auvents blancs et les hautes tours de macarons dans la vitrine pour le trouver, mais vous le sentirez avant de le voir. Un parfum de beurre fondu flotte dans la rue. La première chose que l’on remarque à l’intérieur, c’est la couleur : des fraises aux couleurs chatoyantes sur des boîtes de fruits et des boîtes de pâtisseries à la pistache, au citron et au rose caractéristique de Gérard Mulot.

Il est proche du Jardin du Luxembourg, vous pouvez donc y trouver tout ce dont vous avez besoin pour un pique-nique. La vie ne peut pas être meilleure qu’une journée ensoleillée à St-Germain avec les délices de Gérard Mulot.

La Cagnotte de Belleville est une taverne cachée.

La Cagnotte de Belleville (13 Rue Jean-Baptiste Dumay, 75020) est un restaurant miteux mais parfaitement parisien. La Cagnotte est un véritable bar de quartier, ouvert de 7 a.m. to 2 a.m. Le matin, vous verrez des travailleurs prendre un expresso rapide et des mères de famille avec des poussettes, tandis que l’après-midi, vous verrez des artistes et des musiciens prendre leur café au lait, leur pastis ou leur panaché. Plus tard, le rassemblement devient plus branché : les gens discutent, rêvent, fument et boivent en écoutant de la musique forte – beaucoup de rock, The Stones, The Smiths et The Velvet Underground. Par-dessus, on n’entend que le rire de Charlie (le propriétaire), un aboiement sonore qui commence et se termine rapidement.

La Fromagerie Trotté est un commerce de fromage caché.

La Fromagerie Trotté est un petit commerce dans le Marais (97 Rue St. Antoine, 75004). A l’intérieur, deux personnes peuvent à peine se tenir côte à côte, mais cela fait partie de son charme étrange. Pascal Trotté, le propriétaire, vend une sélection très personnelle de fromages artisanaux, qui sont placés sur des étagères qui bordent les deux côtés de l’espace restreint. Il s’est spécialisé dans les fromages de chèvre, dont l’arôme vous accueille dès que vous ouvrez la porte. Il y a beaucoup de gens du coin qui viennent chercher une petite tranche de fromage pour le déjeuner, ainsi que des visiteurs de bien plus loin qui viennent parce qu’ils sont intéressés par le fromage. L’entreprise est petite, mais il y a une cave sur place : Trotté est un affineur accompli (spécialiste de l’affinage et de la maturation).

Le restaurant secret de Benoit

Cela fait 25 ans que je mange chez Benoit. C’est une brasserie historique des Halles qui existe depuis près d’un siècle. Les portions et la qualité étaient et sont toujours exceptionnelles. Ils fournissent toujours de gros morceaux de pâté à côté du pain. Les desserts de Benoit sont des classiques (oeufs à la neige – meringues flottant dans une crème anglaise à la vanille – et crème brûlée) : traditionnels, certes, mais lorsqu’ils sont parfaitement réalisés, comme chez Benoit, ils sont difficiles à surpasser.
C’est une belle salle, avec un sol en mosaïque exquis et des rampes en laiton. Ma dernière visite remonte à janvier de cette année. J’ai encore les escargots, et je les ai servis avec un ragoût de coqs, de rognons et de ris de veau cette fois. Superbe.

Café Cambronne, le café caché

Le Café Cambronne (5 Place Cambronne, 75015) est un établissement parisien classique. Il n’y a pas beaucoup de réservations car ce n’est pas ce genre d’endroit. La majorité des clients sont des passants et des habitués. Seuls deux ou trois serveurs servent l’ensemble du café, se précipitant pour s’occuper de tout le monde. J’apprécie l’atmosphère frénétique créée par le cliquetis des casseroles et les cris qui sortent de la cuisine ouverte. Avec ses murs vert foncé et ses canapés en cuir bordeaux, c’est un décor mélancolique. Un grand bar s’étend sur un côté du café, où de vieux types à la casquette baissée sirotent leur bière jour après jour.

Les saucisses de Toulouse aux lentilles, les escargots, et les salades classiques et soignées du café sont mes préférés. Les steaks sont excellents, et un énorme rumsteck bien vieilli avec sauce au poivre est un excellent rapport qualité-prix. En été, lorsque la place Cambronne est éclairée par des lumières féeriques, la terrasse est un endroit fantastique où s’asseoir.

Rue Mouffetard, le marché secret

Le meilleur marché de rue de Paris se trouve dans la rue Mouffetard, dans le 5e arrondissement. Si vous voulez découvrir le « vieux Paris », avec ses ruelles pavées et ses marchés animés, c’est ici qu’il faut aller. Lorsque vous commencez à sentir l’odeur du poulet rôti qui s’infiltre dans les petites rues tortueuses, vous savez que vous êtes sur la bonne route. Lorsque vous arrivez au marché, vous comprenez pourquoi : le vendeur de poulet a environ 50 poulets qui rôtissent sur ses stands.

C’est un quartier populaire, pas une attraction touristique comme Le Rungis. On peut y voir des ménagères et des chefs des restaurants environnants faire leurs courses pour les ingrédients du jour. C’est aussi un quartier très régional ; les agriculteurs viennent de partout pour proposer leurs produits sur les différents stands. Dans la rue, il y a un petit bar à vin appelé Le Verre à Pied où vous pouvez prendre un apéritif et de la charcuterie.

 

 

Les commentaires sont fermés.