Livre d'or          


Ce livre d'Or est destiné à recueillir vos réactions suite à la visite de notre site.
C'est un espace de libre expression, les propos qui y sont tenus n'engagent que leur auteur et le site se dégage de toute responsabilité les concernant.

Les messages sont toutefois modérés, ce qui signifie que vos commentaires n'apparaitront qu'après leur validation par le modérateur.

Il ne s'agit en aucun cas de censure mais uniquement de s'assurer de l'absence de propos grossiers ou diffamatoires.

Si vous souhaitez publiquement débattre, faire des appels à témoins, rechercher d'autres victimes d'un même agresseur, parler avec d'autres victimes... c'est sur le forum qu'il convient de vous inscrire. Cliquez ci-contre pour y accéder.
NB : La consultation des 684 messages de notre ancien blog reste possible sur cette page sous les messages du livre d'or ou dans la page "Le blog - Archives"


Commentaires: 945
  • #945

    jonquille (mercredi, 22 mai 2019 17:50)

    En 1982, je vais au travail à l'hôpital et je pense que d'avoir très mal à l'entrejambes et au ventre c'est normal pour un premier rapport sexuel. Je n'en parle à personne. C'est fin 2018 qu'un thérapeute me demande comment s'est passé le premier rapport sexuel et euh……….les souvenirs remontent de très très loin ,je pensais que ça ne me concernait pas…

    En fait pour l'essentiel je ne me rappelle de rien. Un juriste et une association à Paris me conseillent fortement de le signaler au procureur même si c'est prescrit ainsi qu'au recteur de l'université de pharmacie . C'est au cas où ce Monsieur qui doit être pharmacien continuerai ses pratiques…
    Ayant beaucoup de mal à me rendre compte que j'ai subi ces horreurs sous GHB, je ne fais rien, je n'ai pas la force de Flavie Flament. J'aimerai faire partie d'un groupe de paroles mais y a rien. Alors je le tais au fond de moi, je me donne dans mon travail. La juriste et l'association viol femmes information me conseillent fortement de faire ces démarches mais c'est tellement terrifiant que je garde ça et ne peut pas me reconstruire comme ces professionnels m'ont dit.

  • #944

    robert gossart (dimanche, 19 mai 2019 21:50)

    Je recommande le film sur you tube en polonais avec sous titres anglais: ":TELL NO ONE"

  • #943

    Renaudun (samedi, 18 mai 2019 12:37)

    Les sentinelles ont hissé les grandes voiles
    et s'embarquent en chemin pour un aller simple
    L'aigle attrape aussi la proue du rafiot
    Tous s'acheminent de l'aurore vers la nuit
    Tous sur les flots et le fil de leur vie
    Désertant la cathédrale des Carpates
    Et les macabres îles des déserts cinglants
    Non loin des vampires et des crevures d'âme

    Dissimulés au sein d'une grande armée
    Deux félins marins voguent en liberté
    Une colombe sillonne le dessus de la mer
    Deux mille lieues s'effacera peut-être
    Si le vent séraphin apaise la houle
    Des vagues douloureuses où l'amour s'écroule

    Big Ben sonne, d'en haut le général scrute
    Le poison opaque des clartés De londres
    Sur le vallon de Troye s'héberge la bâtisse
    Cerné des bois et communs de Chevrail
    l'endroit maudit des nuits de l'enfance
    la fournaise des pixels des terres d'errance

    La chaîne d'horreur de plusieurs spectres éparses
    Dont Trois pointures rev'nantes chantent le passé
    Sur la fausse danse d'une peinture de matisse
    Et des pluies de banlieues et de Hantes
    Se brasse les souvenirs d'une tombe en frayeur
    L'éclatement des bombes d'une tête fusillée
    De sa course folle qui plonge vers le hublot
    Evard suinte l'angoisse au centre du tableau
    A traîner dans les cimetières des Hauts de France

    Dès que le vent soufflera

    Hélas ! Le poison et le glaive
    m'ont pris en dédain et m'ont dit :
    « tu n'es pas digne qu'on t'enlève à ton esclavage maudit (Baudelaire)

  • #942

    robert gossart (mardi, 14 mai 2019 18:34)

    Je ne suis pas pédophile, mais j'essaye d'imaginer, pas par sympathie, ce qu'était "mon premier pédophile" (il y en aura d'autres). J'avais 11 ans, nouveau dans ce Collège de Jésuites à Tournai en Belgique. J'étais isolé dans la cour de récréation, il m'approcha. Je ne le connaissait pas, mais je devais obéir comme mes parents l'avaient ordonné. Suivirent des contacts réguliers où il parlait, et j'écoutai le moins possible, où il rapprochait sa chaise de la mienne et je retirai ma chaise de la sienne, oú il prenait ma main dans la sienne, et je retirai la mienne, et où il vantait la beauté de mes poignets, et où il m'appelait "cornichon" (?), et il riait, il riait, et où je m'ennuyais à mourir attendant que sonne midi, moment où je pouvais partir. Deux ans! Le temps pour moi de grandir en taille, en muscle, en poils! Le temps qu'il s'ennuie et, je suppose, qu'enfin s'évapore ses pensées perverses ...

  • #941

    Pierre (vendredi, 10 mai 2019 18:30)

    Le film la mauvaise éducation d'Almodovar diffusé récemment sur arte traite des conséquences dramatiques de la pédocriminalite d'un prêtre sur la vie d'un enfant innocent
    devenu adulte et sur sa famille. Film suptil.

  • #940

    robert gossart (jeudi, 09 mai 2019 16:35)

    Lettre pour Pierre Fontanari: et tout autre-LPL directeur. Merci pour votre action. MAIS, votre forum est trop compliqué. Il s'adresse à des VICTIMES, gens simples (COMME MOI), parfois vieux (comme moi), souvent pas internet-éduqués (comme moi), mais qui veulent PARTICIPER (comme moi).
    Par exemple: m'inscrire? sans succès!! malgré mes qualifications élémentaires: victime+pédiatre+psychiatre ...
    Par exemple: assumant que souvent les pédophiles sont des "multicriminels", dans votre forum, il serait simple que vous établissiez une liste de LIEUX que vous rendiez publiques où des victimes attacheraient anonymement leurs noms (par vous nummérotés), afin de construire des statistiques géographiques ...Autre exemple: liste de sujets de discussion entre psycho/psychiatre (traitement, taxonomie des comportements pédophiles, proportions de psychopathes vs. mal éduqués ..., à vous lire ...

  • #939

    Thierry Adant (jeudi, 09 mai 2019 14:10)

    A Françoise #932.

    Bonjour,
    si comme vous l'écrivez Preynat a révélé qu'il était malade,l'inconscience(absence de conscience) de ses supérieurs quant à la gravité des faits dont il est reprochable a bien été révélée.
    Si non,il aurait été écarté du "circuit",ce qui n'a pas été fait.
    C'est donc sa hiérarchie toute entière qui na jamais pris au sérieux la gravité des faits ni tenté de mesurer les conséquences de ses actes sur les victimes.

    Quant à pardonner,je ne suis pas certain que l'homme a le pouvoir de pardonner.
    En ce qui me concerne,je ne suis pas prêt à envoyer dans l'éther des pardons à l'envi.

    Et si je m'autorisais un jour à pardonner,il faudrait qu'il y ait au préalable une demande officielle de pardon.

    Quand une victime vient communiquer avec son agresseur,elle est en demande de paix.
    Si l'agresseur n'est pas touché par cette démarche (rare mais existante),si sa repentance n'est pas sincère,il n'est pour ma part absolument pas question d'envisager un pardon.

  • #938

    robert gossart (mercredi, 08 mai 2019 23:22)

    Lettre à François Devaux: Bravo pour votre bon travail! Mais pourquoi ma contribution financiaire ne vous parvient-elle pas?? Voulez-ignorer les milliers de victimes de la FRANCOPHONIE qui souffrent et QUI VOUS LISENT, et qui veulent vous soutenir financièrement? Ignorez-vous que les pédophiles ça voyagent: Belgique, Suisse, Afrique FRANCOPHONE, Canada FRANÇAIS, Liban (où Preynat et Barbarin étaient copains avec l'église maronite)...

  • #937

    Marc DuMoulin (mercredi, 08 mai 2019 03:35)

    Francoise #932, je tiens a vous dire que Preynat pour se defender dit etre malade. C'est une vieille defense de la part des pretres. Ce qui signifie que L'Eglise Catholique a 100.000 maladies? Le plus malade etant Francis. Pourquoi donner a l'agresseur, un abuseur commet un acte criminal et d'apres toutes les Lois doit etre punit
    Pensez a vos mots: "Quand on pardonne on ne change pas le passe, on change l'avenir". Un agresseur etait le meme pour mon cousin, ce dernier s'est suicide a l'age de 44 ans alors qu'il avait une grande famille, bonheur, travail et plus? Pensez vous que je puisse pardonner a notre agresseur. Je me demande si mon pere aurait pardonne Hitler?
    Effectuant des recherches, 15 Papes du passe etaient grands debauches. Un avait meme la "syphilis".
    Je n'ai absolument aucun respect pour un member du clerge ( Pape, Cardinal, Eveque, pretre) ayant abuse de petits enfants. C'est impensable. Je n'ignore pas que l'Eglise n'est pas seule ayant des pedophiles, mais l'Eglise ne fait abolument rien en vue d'arreter cette habitude. Ne pas oublier qu'avant son voyage au Chile, Francis a fait des remarques non plaisantes vis a vis des victimes. Et meme a plusieurs occasions.
    Francis dirige un gang avec la permission des fideles (argent) et authorites (Loi). Attendez que les faits soient reveles en Afrique.

  • #936

    Guerric (mardi, 07 mai 2019 06:47)

    LUTTER CONTRE LA PÉDOPHILIE, C'EST RÉPONDRE DE FAÇON CONCRÈTE À CES DEUX QUESTIONS :

    1) Comment éviter que ça survienne ?
    - qu'un enfant sache où un adulte ne doit pas le toucher ;
    - que cela soit verbalisé publiquement et collectivement et affiché dans les lieux en question (locaux de catéchisme, centres de loisirs, classes...etc.) ;
    - puisque 75% des infracteurs pédophiles de l'échantillon de 300 prêtres de Pensylvannie qui ont défrayés la chronique en août 2018 ont une orientation sexuelle homosexuelle, faut-il exclure du sacerdoce les personnes à orientation homosexuelle pour éliminer 75% des cas possibles ? Dilemme !
    2) Quand c'est survenu, comment éviter que ça perdure ?
    - que les parents portent plainte à la première incartade d'une part et d'autre part le fassent savoir

  • #935

    Guerric (mardi, 07 mai 2019 06:31)

    Bonjour,

    "Pourquoi tu n'as rien fait ?" : dans le film "Grâce à Dieu", c'est la question que l'une des victimes pose à sa mère !

    Et pourtant aucune victime n'a jamais porté plainte contre ses parents, les premiers à savoir.

    Or le dépôt de plainte des parents suffit à enrayer la chose, que l'infracteur soit un clerc, un enseignant, un animateur de centre de loisirs, un coach sportif ou autre.

    Ainsi, faute des parents des victimes en ne portant pas plainte est considérable et pourtant aucune victime n'a jamais porté plainte contre ses parents, les premiers à savoir : on est vraiment dans une situation délirante !

  • #934

    Kannon Nallet (jeudi, 02 mai 2019 13:06)

    Bonjour, je suis parent et professionnelle de la « petite enfance »
    Que justice soit faite pour ces enfants violes ... que leurs mots et maux soient écoutés reconnus !
    Qu il est long le chemin de l enfance, d adolescent ,d adulte quand on s est retrouvé sur celui de ces prêtres la , et que l’on garde au plus profond de soi ce lourd secret , pesant.
    Libérez votre parole , dénoncez ces prêtres pour vous même ,et pour épargner d autres enfants innocents comme vous !
    Les maux de l enfance , ne s’oublient pas , alors parlez!
    Que justice soit faite !
    Il est plus facile de parler d une cathédrale qui brûle que d enfants violes par des prêtres !!!!!!
    Stop!!!
    Écoutez ces adultes d aujourd hui qui étaient enfants hier et qui ont croisés le chemin de ces prêtres !
    ECOUTEZ LES!
    Je soutiens la parole libérée!
    KN.

  • #933

    Robert Gossart (mercredi, 01 mai 2019 02:05)

    Mais non, Monsieur ou Madame Guerric #927, nos chers parents ne savaient pas! Ils ne savaient pas qu'ils étaient trompés et manipulés par d'adroits criminels. Le curé de ma paroisse était le confesseur de Maman. La victime (moi) à onze ans n'a "compris" que trente ans plus tard la filouterie criminelle.

  • #932

    Françoise (mardi, 30 avril 2019 17:46)

    J’ai découvert votre site, « La parole libérée » après avoir vu avec mon époux, le film « Grâce à Dieu », le 7 mars dernier, jour du procès de l’archevêque Barbarin. O combien j’ai été touchée par tous ces témoignages qui parlent de souffrances, de douleurs, de doutes et de questionnements, et je pense à vous tous, victimes, croyants catholiques, prêtres, religieuses et autres dignitaires de l’église.
    Je n’ai pas été victime d’abus mais je souhaite contribuer à ce site par mon témoignage.
    Issue d’une famille très « pratiquante » - l’un de mes ascendants a été canonisé par le pape Jean Paul II – j’ai vécu il y a 38 ans un an à Exeter en Angleterre dans un couvent de religieuses pour apprendre l’anglais et donner des cours de Français aux élèves. A l’époque je me serais bien fait bonne sœur comme elles, car j’avais une grande foi. Mais les réalités du couvent et la soumission de ces religieuses à des règles très strictes, leur attachement à Jésus comme le fiancé de chacune, la permission de voir leur famille qu’une fois tous les 4 ans, tandis que je souffrais d’être éloignée de ma famille me troublèrent. Je me suis dit Dieu ne demande pas cela. Devenue adulte, au fur et à mesure que le fond de l’évangile me portait, me parlait, je prenais mes distances avec l’église, me libérant des dogmes qui me semblait sur bien des aspects très éloignée du Sermon sur la Montagne Matthieu 5/7), qui est un accomplissement simple : aimer tous les hommes, pardonner toutes les offenses, faire la paix, ne pas juger, se rendre libre de tous préjugés, etc. Au cours de mon cheminement, j’ai lu un jour un livre qui m’a inspiré et conduite à voir qu’en effet peu importe ce qu’on croit, comment on prie, aucune contrainte, c’est seulement accomplir le Bien qui compte pour son salut et le salut du monde et appeler les hommes à reprendre ce chemin ;
    J’ai lu les témoignages, et parcouru le livre d’or et visionné en particulier le témoignage sur KTO de Daniel Pitter, « Mon père je vous pardonne ». Je n’ai certes jamais été confrontée à un drame épouvantable mais je me prépare sans cesse, si cela devait m’arriver, à pardonner en toutes circonstances. Devant notre humanité si malade, je suis convaincue que le pardon est la seule issue pour améliorer le monde. C’est parfois compliqué et je le comprends mais le pardon libère le pardonneur comme le pardonné, (même si nous crions notre chagrin, notre douleur). Pardonner ce n’est pas oublier, ni laisser faire, c’est un devoir d’amour que de protéger les victimes de l’agresseur, mais ça l’est aussi, de donner à l’agresseur, petit ou grand, le temps de retrouver la lumière, de changer sa vie ! Le père Preynat a reconnu qu’il était malade, il n’a jamais nié, mais qui l’a aidé à sortir de sa perversité, comme celle de tant d’autres ? N’avons-nous pas notre part de responsabilité dans ces turpitudes du monde, partout la publicité, les médias, la pornographie, les paroles dégradantes, l’obsession du sexe incitent au mal. La justice d’Etat devrait elle aussi, se poser la question du bien fondé de ses sentences, de ses condamnations, du pesage des peines, de la vengeance sans fin. Quand on pardonne on ne change pas le passé, on change l’avenir.
    La Parole s’est libérée ici, la honte des agresseurs et des complices est salutaire ! Ceux qui ont souffert vont pouvoir se reconstruire et être allégé du poids de leurs blessures, malheureusement pour certains, cela les a déjà détruits. La pédophilie depuis des générations sévit partout, dans l’église catholique, la loi du silence et l’inertie des hiérarchies, ont été choisies pour maintenir l’institution ; le devoir du célibat comme vertu pour consacrer sa vie à la Cause de Dieu, a certainement généré de la souffrance chez certains prêtres qui sont tombés dans le mensonge et la perversité. Je crois que nous sommes tous faits pour aimer et être aimés, aller à l’encontre de cela est un défi aux créatures que nous sommes, faites de chair, d’esprit et d’âme , un défi à notre vocation au bonheur.
    La Parole libérée et après ? Est-il noté sur ce site ..
    Ni dans la vie civile, ni dans la vie religieuse nous avons réussi à vivre en paix, libres, d’égal à égal (sans pouvoir sur les consciences et les cœurs), dans l’amour du prochain. Pourtant seul l’Amour, comme unique loi, nous fera retrouver la Vie et le bonheur !
    Ce simple appel de l’évangile, traversant les siècles, n’a pas encore été réalisé concrètement dans la vie sociale. Ce n’est pas une utopie mais une sagesse que de s’y atteler ; C’est la raison pour laquelle en 1974, Jésus, le ressuscité, s’est manifesté à Arès (petit village de gironde, en France) pour relancer ce qui n’a pas été accompli. L’ événement a tant dérangé qu’il est mis sous silence depuis près de 45 ans, pourtant le Sermon sur la Montagne vécu sera garant d’un monde libre et heureux et sauvera ce monde !
    A vos côtés dans l’amour, chacun à sa manière faisons-le vivre.

  • #931

    Charles (samedi, 27 avril 2019 17:23)


    Des couleurs détruites
    aux bastides sacrifiées
    se sont endormis
    des enfants amis
    sans larme sans arme

    De ce silence
    le roitelet s'est téléporté
    vers la pommeraie
    emmenant en refrain
    sa peur sur le chemin

    Azraël l'escortait
    une vilaine non sien
    qui l'aimait trop bien
    et qui avait pour elle
    des tartes plein les mains

    Le roitelet longeait ainsi
    les routes et les détroits
    et pour un écart sur le trottoir
    son cœur apprenait par cœur
    les roustes de la rancoeur

    Près de la grille du comptoir
    en embuscade quelqu'un l'attendait
    dans le vacarme des cris libératoires
    l'escroc du troupeau patientait
    le malhonnête le receleur du péage
    trois quatre bonbons il exigeait

    Le roitelet avait sept ans d'âge
    comme une bouteille sans ancrage
    c'est drôle mais les tripes quel saccage

    Il avait à peine ravalé sa peur
    que le malfaiteur en sueur
    sur le perron agonisait
    son corps se déplumait
    ses habits à terre jetés de la mer
    sur son croupion le frappait

    Le brigand hurlait sa misère
    le supplice comme partenaire
    la cour en regard de voyeur
    fixait en terreur celui qu'on exhibait
    médusée par tant d'horreur

    Puis d'un coup spontané
    vint le spectre d'un accidenté
    le tableau noir de frayeurs nées
    l'éponge d'une tête et d'un nez
    arracher de terre par les étiquettes
    sur la moquerie d'une vieil chouette

    Surgit la claque d'une femme chalutier
    la croyance de quelques phrases erronées
    qui a bu la coupe des salades empestées
    sur la plantation de ses amandiers

    Dégoûté par ce temps de fracas
    le roitelet se mue en aigle
    et déploie ses grandes ailes
    transportant le livre sacré
    dérobé dimanche dernier
    dans l'invisibilité de toute l'assemblée

    le soleil et la lune

  • #930

    Bijoliane (samedi, 27 avril 2019 14:28)

    Bonjour, je sors de voir le film et j'en reste anéantie. Ca me fait réfléchir sur ce qu'est une victime. Pas seulement un traumatisme physique, mais moral, psychique qui dure toute une vie. Quand est-ce qu'on s'accorde le droit de se "dire" à soi-même qu'on a été une victime ? C'est vraiment une question obsédante. Merci pour ce film, merci pour votre action courageuse et salutaire. Il est évident que cela va aussi changer quelque chose dans ma vie.

  • #929

    Cécile (samedi, 27 avril 2019 09:07)

    Bonjour,
    Simplement pour envoyer une énergie énorme à toutes les victimes. Je parle à leur enfant intérieur pour lui dire qu'il se relèvera, qu'il ne faut rien lâcher, qu'il faut y croire (Pas en Dieu pour ce qui me concerne! Mais en la vie). Ce premier pas du témoignage "à découvert" est un courage fantastique : bravo à vous tous d'avoir survécu aux humiliations commises par le père Preynat, puis d'avoir aujourd'hui le courage de parler!

  • #928

    Violet (mercredi, 24 avril 2019 15:39)

    L enclume des souffrances
    Pèse sur la vie d'une âme
    Ses blessures vomissent la prescription pénale
    La sanction du code des lois ...

  • #927

    Guerric (mardi, 23 avril 2019 19:06)

    Bonjour,

    Quand allez-vous porter plainte contre vos parents qui savaient et n'ont rien fait d'une part et d'autre part ont laissé d'autres enfants être des victimes ?
    Car si vos parents avaient porté plainte, à la première incartade, chaque prédateur aurait été mis hors d'état de nuire. Donc les seuls coupables de la persévérance des prédateurs sont vos parents, seuls détenteurs de l'autorité parentale sur vous.

    Guerri

  • #926

    Lou (lundi, 22 avril 2019 09:14)

    Suite au visionnage du film "Grâce à Dieu" il me semble que tous les acteurs qui ont permis la levée de cette omerta séculaire méritent la légion d'honneur.

  • #925

    robert gossart (dimanche, 21 avril 2019 21:42)

    J'ajoute à Yann # 922 mon appel: un monument gravé dans la reconstruction de Notre Dame à la mémoire des victimes des abus cléricaux! Un monument qui nous délivre de la désespérance spirituelle que nous imposent des promesses hypocrites..

  • #924

    n'ana mousk (samedi, 20 avril 2019 20:21)

    Le bois d'une forêt d'autrefois
    gît dans le feu d'un ossuaire
    les cendres d'un squelette mortuaire
    la fumée d'holocauste d'un roi

    Du pilier en croix danse l'épée
    des visages d'enfants roitelets
    les sentinelles du sang versé
    tiennent l'âme d'une couronne dérobée

    Je chante avec toi liberté

  • #923

    jonquille (vendredi, 19 avril 2019 21:07)

    JE PARTAGE TOUT A FAIT L'AVIS DE YANN 922!!!! DONC EN ATTENTE.

  • #922

    yann (mercredi, 17 avril 2019 20:10)

    Bonjour,
    depuis longtemps je pense qu'il faudrait un monument à la mémoire des victimes de l'église. Or depuis quelques jours je me dit que c'est le moment d'en faire la demande soit par un référendum populaire (locale, régional et/ou national) et de lancer des pétitions sur les réseaux sociaux pour en réclamer cette reconnaissance des victimes (depuis plus de 2000 ans de crimes contre l'humanité, crimes de guerres, et le crime de pédophilie) et que cette voix ce fasse entendre. Si certain·s·es sont touché·s·es par la perte de ce symbole comme une vieille Tante affectueuse aux senteurs sucrés pour d'autres ce n'est qu'un vieil oncle insalubre et nauséabond. Je n'y voit qu'une opportunité se présenter pour aller de l'avant et peut-être que dans cette phase de concours Internationale de la reconstruction architecturale future et d'y inclure un symbole d'humanité et d'opérer la transformation de l'église comme "semblerait" vouloir le pape)). Désolé si mon avis ne trouve pas d'écho, je l'entend. Bien à vous.

  • #921

    jacques (mercredi, 17 avril 2019)

    La maison de prières a brûlé
    A moitié les flammes l'ont cramé
    Les murs et les tours sont restés
    les gens ont prié dans la blancheur de la pureté
    De ce lieu les confessions s'étaient absentées
    seuls les décès semblent rassembler 
    Et la richesse d'objets du culte protégée
    Les enchères se sont envolées
    Les méritants ont abreuvé
    la culture d'une abstraction mathématique
    Les têtes fonctionnent différemment
    s'y attelée demande patience et temps
    Tiens, un gamin caché près d'un pilier
    un chien à ses pieds
    Sa tête d'un linge en sang pansée
    la législation devrait changer...



    Quand on a que l'amour a offrir en partage

  • #920

    Anonyme (mardi, 16 avril 2019 20:09)

    Macron parle de rebâtir Notre Dame je souhaite du fond du coeur que les Françaises et Français sauront se rallier avec autant de force à votre combat, que les généreux donateurs pour rebâtir ce merveilleux monument qu'est Notre Dame sauront aussi aider à rebâtir des vies. Que cette église symbole de la concorde des cultures ne soit pas de ces combats qui cache la douleur de ceux qui qui ont souffert des hommes d'église.

    Avec humilité et respect, nous vous embrassons.

  • #919

    LeAlp (lundi, 15 avril 2019 20:53)

    L'église catholique s'effondre au propre comme au figuré, pendant la semaine "sainte" ... Ce n'est que du matériel, rien par rapport à les exactions que les sbires de cette église pourrie ont pu commettre depuis des siècles. Il faudrait mettre un stèle pour les victimes au lieu de s'apitoyer sur un bâtiment.

  • #918

    ERNZEN Catherine (lundi, 15 avril 2019 20:31)

    Notre Dame brûle (j'ose : est ce un signe de Dieu ?) Stéphane Bern pleure, c'est un drame national...
    Quand la pédophilie dans l'église catholique sera déclarée drame national, et même mondial, et quand
    des mesures efficaces seront prises pour la stopper, pour punir les auteurs et pour réparer les victimes, là je commencerai à être en paix.
    Courage à nous tous.

  • #917

    Pierre (lundi, 15 avril 2019 16:12)

    La pédocriminalité et l'abus sexuel des clers ne datent pas de mai 68 ou des années 50 mais dès l'existence de l'église . Aucun geste fort des catholiques vers les victimes pendant cette semaine sainte.les victimes toujours aussi seules

  • #916

    elysa.colette (vendredi, 12 avril 2019 20:12)

    Merci...

  • #915

    Mouloudji Marcelle (vendredi, 12 avril 2019 11:13)

    C'est une histoire d'amour
    De petite fleur et d'horizon
    Où les enfants des prisons
    Gagnent le coeur d'une nation

    Amano Era

  • #914

    Thierry Adant (jeudi, 11 avril 2019 11:10)

    Tenez bon!
    Il faut continuer le combat tant qu'il n'y a pas de message fort de l'Eglise.
    La technique qui consiste à toucher au "fonds de commerce" de cette institution,
    à savoir: parler, parler et encore parler et recueillir des témoignages et en faire la publicité,
    est la seule qui peut réveiller les consciences(si elles existent)des membres de
    cette organisation criminelle.
    Savoir et ne rien dire,savoir et ne rien faire c'est être complice.
    Meilleurs encouragement de Belgique.

  • #913

    Helene Roudil Freimuth (mercredi, 10 avril 2019 19:31)

    Bonjour,
    j‘admire bcp votre courage et votre ténacité.
    Merci,
    Hélène

  • #912

    Raymond (mercredi, 10 avril 2019 11:05)

    Voir ce film est une épreuve terrible mais salutaire.

    Un calvaire de voir les souffrances que vous a infligé le Père Preynat.

    Un calvaire au carré de voir la réponse de l'Eglise faite de compassion et d'inaction

    On a mal partout en sortant, mais ça n'est tellement rien en rapport à ce que vous avez enduré.

    Je suis persuadé que votre parole libérée deviendra libératrice.

  • #911

    Pierre Cornélius (mardi, 09 avril 2019 08:34)

    A tout pardonné
    On a tué les extrémités
    Et bousillé notre société
    Pourri l'école de la liberté
    Les profs calcinés
    Les enfants dégoûtés
    Les gilets dépités
    Des médecins et la charité
    dans les tiroirs-caisses épinglés
    Les gens se sont éloignés
    L'église boudée
    Les bons sermons frappés nous ont enfermés
    Les grenouilles de bénitiers ont croassées
    Pardonné, pardonné, obligé
    Les orgues ont sifflés
    Fuyez, fuyez
    Mais...
    Peut-être
    Si tu continues
    A prier....
    Tu verras le poison caché
    L'asphalte se muer en banalité
    Eradiqué par un amour démesuré
    Et tu croiras...
    Tu croiras être du bon côté
    Sûr de ne pas t'être trompé
    Et tu comprendras...
    Tu comprendras, peut-être, d'avoir tout loupé
    Je le sais puisque j'en viens de la sainteté !
    Alors, que vais-je faire ?
    Je passerais peut-être devant la montagne pelée 
    Ce chemin je le prendrais 
    Celui des mutilés
    des accablés
    des estropiés
    des crucifiés
    Dans les aubes blanches des enfoirés
    J'irai avec eux me baigné ?
    dans la piscine du sang des condamnés
    Pour pouvoir enfun
    Prier
    Prier la vérité
    Prier la vanité
    Prier d'avoir ozée

    Le vieux fusil
    Des pères des hommes des frères
    L'an 2001

  • #910

    Céline (lundi, 08 avril 2019 11:38)

    J'ai vu le film grâce à Dieu hier soir. Je suis très touchée par vos témoignages de vie cabossees, détruites... : les enfants doivent être protégés coûte que coûte pendant leur enfance. C'est à nous adultes d'être à l'écoute, d'ouvrir nos yeux, de faire de la prévention auprès des enfants, des adultes pour qu'aucun enfant ne vive ce que vous avez subi. Merci pour votre énergie aussi pour rechercher et faire juger les adultes qui ont été complices de ces actes. Les prêtres sont avant tout des citoyens français, et des baptisés. Merci!

  • #909

    Valerie (lundi, 08 avril 2019 10:34)

    J'ai eu la chance de voir le film retraçant votre histoire.
    Merci de votre courage, d'oser parler… Trop d'emprise psychique, spirituelle existent dans l'Eglise.
    Devant une telle situation, le silence blesse encore plus profondément.
    Merci de révéler cela et de le mettre en lumière… Bien d'autres victimes existent et n'ont pas pu parler encore… Vous leur ouvrez un chemin, un espoir.
    Encore merci

  • #908

    Joëlle (dimanche, 07 avril 2019 18:46)

    Merci pour tout, pour votre combat qui va devenir le nôtre, pour les changements à venir, pour les débats générés et pour la parole libérée dans les familles. Bonne continuation.

  • #907

    Isabelle (dimanche, 07 avril 2019 16:23)

    Suite au débat d'hier au cinéma Bellecombe (Lyon 69006)
    Merci à chacun.e des membres de la Parole libérée,
    Merci pour votre combat.


    Lettre ouverte à notre Eglise,


    Mon coeur, retourné, verse des larmes de sang et la colère a pris possession de chacune de mes cellules depuis que le scandale des crimes sexuels perpétrés par des religieux catholiques a éclaté au grand jour.
    Je porte une voix de femme, anéantie par l'horreur des actes dénoncés avec courage, mais déterminée à participer à ce que cette crise majeure de notre Eglise devienne un terreau fertile pour la paix et la justice de ce monde.

    Le Christ ne cesse d'appeler chacun à la responsabilité de ses actes, ne donnant pas d'ordres ni de loi castratrice mais invitant au questionnement, au retour sur soi pour une Vie nouvelle. Une vie départie de ses artifices sociaux, sans masque, en Vérité…Une Vie qui mesure la fragilité, la vulnérabilité. Une Vie qui respecte la création et donc l'Altérité. Une Vie qui ne vise pas la puissance et le pouvoir des uns sur les autres.

    Qui de nous aujourd'hui accueille ce message révolutionnaire ?

    Que nous dit cette Eglise catholique qui, dirigée par un clergé déniant la sexualité comme partie intégrante de notre condition humaine, s'excuse du bout des lèvres devant la honte absolue que constitue sa modeste réaction face au drame révélé à tous ?
    Que nous disent ces dirigeants qui ne peuvent s'effacer, humblement et symboliquement devant l'immensité de la faute commune ?
    Le clergé ne constitue pas l’Église mais il en est le porte parole. Quel est son statut ? maître ou serviteur ?
    Comment accueillir des positions antagonistes au message évangélique ?

    Je suis, comme tant d'autres,chrétien.ne.s, catholiques pratiquant.e.s, mue par l'envie de me lever pour hurler, sangloter devant un Christ encore et toujours crucifié par lâchetés et nos manque d'amour…

    Cette crise profonde, abyssale, doit être l'aube d'un temps nouveau, d'une véritable résurrection de l’Église. Une Eglise qui agisse pour mettre ses paroles et ses actes en cohérence ; pour que non seulement l'enfance et la vulnérabilité ne soient plus bafouées mais aussi pour que chacun.e mesure son rôle et sa place dans ce qui a été possible jusque là et dans ce qui adviendra.


    Tant de chantiers s'ouvrent devant nous, relevons nos manches, n'ayons plus peur, avançons ensemble, et si nous sommes aujourd'hui aux pieds de la Croix, nous savons ce à quoi nous sommes appelés.


  • #906

    Claudine Pasquet (dimanche, 07 avril 2019 13:40)

    Bonjour,
    Nous sommes 2 femmes lyonnaises, tante et nièce.
    L'actualité récente (refus du pape d'accepter la démission du cardinal Barbarin) a déclenché chez nous le besoin de nous faire "débaptiser".
    Les démarches sont en cours.
    Nous souhaitions vous faire part de cette décision, au cas où une communication serait envisagée à propos d'une action collective.
    Bon courage à tous,
    Claudine Pasquet et Emilie Denarié.

    PS : Nos lettres aux paroisses/évêchés concernés se terminent par :
    "Je veux n'avoir aucun lien avec cette église catholique qui me fait honte, qui est hypocrite, amorale, d'une misogynie primaire et qui, de surcroît, protège les violeurs en son sein, comme le démontre l'actualité récente. Son intolérance n'a d'égale que sa lâcheté. Donneurs de leçons, honte à vous!"

  • #905

    Véronique Gamblin (dimanche, 07 avril 2019 10:54)

    Bonjour,
    Mes mots ne pourront pas apaiser la souffrance qui est la vôtre mais je voulais vous dire le soutien de toute notre communauté paroissiale, notre NON devant toute agression sexuelle ; mon refus du vocabulaire d'église "geste inapproprié" pour employer ceux de notre société, attouchements, viols.
    Et puis notre immense tristesse de savoir que la hiérarchie ne réduit pas à l'impuissance ces prédateurs.
    Tous les catholiques sont complices s'ils n'hurlent pas leur douleur de lire ce qui vous est arrivé et est arrivé à d'autres faute de réaction immédiate.
    Toute victime a le devoir d'empêcher les victimes à venir en révélant la vérité et en ne se satisfaisant pas "d'avoir été écouté", ce n'est pas de la délation, c'est de l'assistance à personne en danger.
    Notre église est en danger si ses prédateurs en activité actuellement ne sont pas évincés par la hiérarchie car leur ombre discréditera tout le clergé.
    Merci pour votre courage. Merci pour votre audace. Merci pour votre respect de l'Evangile.
    Je vous souhaite un lendemain, certes avec toujours votre brancard quelque part dans vos bagages parce que cela ne s'oublie pas, mais les mains libres et la tête haute pour avancer dans la vie.

  • #904

    Fanny (vendredi, 05 avril 2019 23:31)

    Je consulte votre site en sortant du cinéma. Bravo à tous pour votre courage, que vous ne qualifieriez sûrement pas comme tel. Car finalement, aviez-vous vraiment le choix ? C'est la force de vie qui a fait que vous tous vous êtes mis en route pour en arriver à cet incroyable procès, qui pour moi, n'est toujours pas abouti (force de la sanction, et surtout démission refusée par Rome). Ceci dit, je suis certaine que la condamnation récente de Monsieur Barbarin est une certaine forme de reconnaissance, probablement capitale pour nombre d'entre vous. Vous avez bien entendu tout mon soutien, toute mon affection fraternelle et ma conviction de la nécessité de votre action vous est acquise depuis le début de "l'affaire". Je suis très fière de vous tous et triste dans mon âme pour toutes les conséquences que je peux (à peine) imaginer dans vos vies, qu'il s'agisse de ce que vous avez subi hier, ou de ce que vous portez aujourd'hui et de l'impact (encore et toujours) sur vos vies.

  • #903

    Celine (vendredi, 05 avril 2019 23:26)

    Je sors du cinéma ce soir !!!
    A l’instant !!!

    Je suis croyante et j’ai mal à ma foi ....

    Je ne sais pas quoi dire ...

  • #902

    Guillaume (mercredi, 03 avril 2019 22:53)

    Je sors du cinéma... Peu de mots me viennent à chaud...
    Le don est fait. Vous avez tout mon soutien.
    Cordialement,
    Guillaume

  • #901

    georges (mercredi, 03 avril 2019 12:55)

    Le crépuscule glisse sur la nuit du vent
    Quelque part sous le ciel un nouveau chant
    Une source d'eau vive aux pétales enivrants
    Le cercle sur la terre soMnole doucement

    Ensommeillée sur les écAilles d'un roc
    haute de trois pommes au poids de deux coudées
    l'aigle s'assombrit dans le cimetière d'un choc
    elle songe aux drames des rivières transformées

    Ensanglantée sur le quai des aveuX
    les pies l'escortent au pays de Galles
    happée dans ce convoi marécageux
    au rythme débauché d'un flash de dédale

    Projetée sur les rails moisis de l'enfer
    l'aigle touche d'une aile la bâtIsse
    une marée noire enlise la soie des sables
    l'aplomb de son corps vacille touts semblables

    L'aigle agrippe d'une envolée l'escalier
    l'opprobre noire plane la gloire de PalMyre
    les rizières emplissent le sol meurtrier
    fringué de bitume, tenailles d'un vampire

    Haut calvaire amarré à sa vie frêle
    l'aiglE danse, le tango en cadence commence
    les marches corrèlent l'asphalte et l'enfance
    l'oeil vert du bitume perd son âme au ciel

    La transe des chairs du fumier bitumeux
    corrompue dans la faux bleue de ses yeux
    mure l'aigle dans un langage d'incitation
    Provoque le feu d'une étoile et d'un lion

    Le lyon polyglotte fait « enfant de Dieu »
    porte l'Azur bleu au fRonton de son Cœur
    souffre en son souffle les Montagnes aux erreurs
    et pleure l'immondice qui consume son pieu...

    On efface mais on n'oublie pas...
    Seul définitivement et né quelque part
    dans les eaux de Mars …
    Le combat

  • #900

    Nathalie R. (mercredi, 03 avril 2019 08:20)

    Je lis sur votre site l'article sur le Sénat qui auditionne les associations de scoutisme... A t il auditionné les enfants de Neulise qui faisaient partie de scouts (ni de France ni d'Europe), mais d'un groupe de scouts que Preynat avait créé au début des années 90 ? ...

  • #899

    Robert Gossart (mardi, 02 avril 2019 18:16)

    À Philippe #893: J'ai pitié pour les suicidés connus et méconnus, victimes des abus cléricaux; aussi pour les suicidés révélés dans le rapport du Prof. Adriaenssens (10 septembre 2010), ignorés par l'épiscopat belge. Compassion aussi pour leur famille.

  • #898

    Jean François (mardi, 02 avril 2019 17:51)

    Quelle tartufferie que cette posture du pape s’appuyant sur la jurisprudence ? On se souvient de Mgr Pican, en 2001, refusant tout d’abord que la justice civile ne se mêle de la vie ecclésiale et puisse le juger pour avoir couvert un prêtre pédophile. Puis, condamné à 3 mois de prison avec sursis, Mgr Pican avait accepté le verdict, sans faire appel, par respect pour les victimes et pour le retour de la paix dans le diocèse.
    Où est la jurisprudence dans l'Eglise ? Hier, et ce n’est pas vieux, elle reconnaissait difficilement l’intervention de la justice civile dans ses affaires, aujourd’hui elle se réfugie derrière la justice civile en ignorant la dignité et les valeurs morales qu’elle est censée porter. Hier, le pape fustige le cléricalisme de l’église, aujourd’hui, il prend le parti d’un cardinal face à un diocèse et au vote de son instance réunissant prêtres et laïcs.
    Ou bien l’enjeu est ailleurs … faut-il voir dans ce maintien le besoin du pape de conserver des alliés pour d’autres combats internes au Vatican (et donc sa faiblesse) ?
    Voir Pican :
    https://www.cath.ch/newsf/mgr-pierre-pican-eveque-emerite-de-bayeux-lisieux-est-decede-dans-sa-84eme-annee/

  • #897

    elisabeth 68 ans (mardi, 02 avril 2019 14:56)

    Je ne vais plus raconter mon histoire, avec quelques variantes c'est la même que vous tous.
    Il ne faut pas se leurrer, si les abuseurs sexuels et les témoins, plus ou moins complices, nient avec autant de vigueur c'est bien parce qu'ils découvrent leur bassesse.
    La position du Pape, même si elle vous choque, n'est que la répétition ce qui c'est passé jusqu'à présent dans l’Église : cela a même le mérite de le monter sans ambiguïté possible.

  • #896

    Marie-Pierre B. 63 ans (mardi, 02 avril 2019 10:07)

    Oui, je suis scandalisée comme vous tous par l'attitude du Pape François tout vêtu de blanc ! Une personne est une oeuvre de Dieu. Un enfant a une valeur inestimable aux yeux de Dieu. Un enfant est un chef-d'oeuvre de Dieu autrement plus précieux que la réputation de l'Eglise et de ses prêtres. Je suis écoeurée !
    J'ai moi-même été abusée, quand j'étais petite fille, par mon Père aujourd'hui Général de l'Armée de l'Air à la retraite. Comme la majorité des pédophiles il nie toujours...
    Bon courage à vous tous. Continuez, comme vous savez si bien le faire, votre lutte qui a tant de sens et de légitimité. Bravo, bravo !
    Bien à vous .
    Marie-Pierre