Livre d'or          


Ce livre d'Or est destiné à recueillir vos réactions suite à la visite de notre site.
C'est un espace de libre expression, les propos qui y sont tenus n'engagent que leur auteur et le site se dégage de toute responsabilité les concernant.

ATTENTION : Le système du livre d'or ne nous permet pas de faire des modifications ou des corrections sur vos écrits, aussi faites bien attention avant de mettre vos noms et coordonnées si vous ne souhaitez pas que ceux-ci apparaissent ne les mettez pas. Merci

Les messages sont toutefois modérés, ce qui signifie que vos commentaires n'apparaitront qu'après leur validation par le modérateur.

Il ne s'agit en aucun cas de censure mais uniquement de s'assurer de l'absence de propos grossiers ou diffamatoires.

Si vous souhaitez publiquement débattre, faire des appels à témoins, rechercher d'autres victimes d'un même agresseur, parler avec d'autres victimes... c'est sur le forum qu'il convient de vous inscrire. Cliquez ci-contre pour y accéder.
NB : La consultation des 684 messages de notre ancien blog reste possible sur cette page sous les messages du livre d'or ou dans la page "Le blog - Archives"


Commentaires: 980
  • #980

    Claire (dimanche, 21 juillet 2019 15:26)

    Je viens de regarder le film
    « Grâce à Dieu », je suis bouleversée, émue, choquée, plein de sentiments m’habitent!! Je voulais par ces quelques mots vous envoyer mon soutien et ma compassion. Tous, vous pouvez être fiers d’avoir réussi à parler et à lutter contre ce fléau qu’est la pedophilie. D’autres vont peut-être arriver eux aussi à parler, je l’espère, pour se libérer et essayer de se reconstruire.
    Je suis vraiment avec vous de tout mon cœur.

  • #979

    Fabienne (samedi, 20 juillet 2019 19:48)

    Je vous admire et j’imagine votre souffrance devant de tels agissements puis ce déni. Je vous tire mon chapeau, je n’ai pas de mots pour décrire ce que je ressens. La reconstruction doit être si difficile... On ne touche ni aux enfants ni aux aînés...
    Courage à tous.

  • #978

    aurelien (mercredi, 17 juillet 2019 01:26)

    tout mon soutien et mon admiration dans vôtre lutte pour libéré une parole qui est précieuse il reste encore beaucoup de chemin a parcourir car j'imagine que beaucoup d'histoire vécu sont encore passé sous silence...
    La route pour la justice et la vérité est longue
    encore merci pour vôtre combat

  • #977

    LOFL (mardi, 16 juillet 2019 20:43)

    Nous avons mieux connu votre association en regardant le film "Grâce à Dieu". Juste un grand merci pour votre courage d'avoir initié le mouvement, d'aider les victimes à parler et à ne pas se sentir coupables, et de contribuer à faire la lumière au sein de l'Eglise. Nous sommes catholiques pratiquants et n'avons pas connu ce que vous avez vécu. En union de pensée avec vous. Et en espérant que Jésus reste dans vos cœurs. Bien cordialement, LOFL

  • #976

    Nicolas (lundi, 15 juillet 2019 00:35)

    Bonjour,
    Je suis admiratif de ce que vous faites.

    Continuez à aider à libérer la parole, même si c'est parfois impossible, hélas.

    bien à vous.

  • #975

    Voyage voyage (samedi, 13 juillet 2019 15:59)

    Désuet la sentence des Palais
    Que façonne la pitié et l'oubli

    L'abîme des nos brasiers s'amoncelle
    La citerne des larmes perpétuelles
    Brûlant de meurtrissures notre Essence
    Des chemins bafouant l'existence

    Le poison des sentences indulgentes
    Déballe de plomb ses œuvres affligeantes
    Saupoudrant nos mémoires d'encensoir
    Que toise le mépris de sa victoire

    De l'attribution du vin mauvais
    Qu'ingurgite la charogne vivante
    S'élève la souffrance d'enfants des chais
    Et dés cœurs fondus du code en pente

    En rage de peine et de prescription
    Reclus via des seiches sans vision
    L'espoir occulté de la confiance
    Embaume le sommeil et le silence

    Des Toutsis errants Palais Grenelle
    Puisent des affluents sempiternels
    Proche des brumes de Yougoslavie
    Et des nuits du soleil d'Arménie

    Par ce Cambodge tout assombri
    L'esclavage des enfants d'un pays
    Subit justice sourde anoblie
    Et déni de violences assassines

    De la Bastille d'esclaves emmurés
    Délivrance hisse ses aigles désarmés
    Prométhée les a apprivoisés
    Ils revendiquent des droits mérités
    L'hymne des voyages en liberté



    En mémoire de nos pas liés
    Ce qui est terrible c'est souffrir et mourir en vingt

    Personne ne garde un secret comme un enfant (Victor Hugo)
    Jusqu'à ce qu'ils puissent enfin parler


    Claudie (Voyage voyage)

  • #974

    Pierre (jeudi, 11 juillet 2019 20:37)

    Un cardinal a dit que des accusations d'abus sexuels contre des pretres sont fausses .Bientôt ils diront que les abus sexuels n'existent pas. Ils en sont capables.

  • #973

    Julie (mercredi, 10 juillet 2019 18:58)

    Je viens de voir le film de François Ozon , je suis bouleversée. Votre combat est d’utilité public ! Bravo à vous tous pour votre force et courage .

  • #972

    Pierre (mardi, 09 juillet 2019 08:30)

    Un Grenelle contre les violences conjugales c'est très bien.A quand un Grenelle
    Contre la pedocriminalitė ?

  • #971

    Laurence (dimanche, 07 juillet 2019 16:09)

    Bonjour,
    J'ai été bouleversée par le film de François Ozon qui présente votre histoire. Je vous trouve extrêmement courageux. J'imagine que c'est un tel parcours à traverser, je n'ose y penser ! Vous donnez du courage et montrez l'exemple. Je suis très admirative.
    Continuez votre action. L'Eglise ne peut pas se taire et cacher de telles horreurs !
    Bravo

  • #970

    Naluxe (dimanche, 07 juillet 2019 03:20)

    Vous êtes dotés d'une force vraiment admirable !
    " Grâce à dieu " un film qui nous éclair d'avantage sur une réalité souvent caché .
    Bien du courage à vous !

  • #969

    Anna (samedi, 06 juillet 2019 17:52)

    Bonjour. Bravo pour ce long investissement et souvent périlleux pour enfin dévoiler les dossiers cachés par une épaisse couche de poussière. Ce qui ne me rassure pas c’est je pense, qu’il existe encore de nombreux membres de l’église et pas que des prêtres, acteurs d’atrocités pareilles. Ce qui me rassure ce n’est pas simplement la justice des hommes qui commence à voir le jour, mais j’en suis convaincu, Dieu ne peut qu’agir que pour le bien des hommes. Bien entendu que la justice soit faites mais le pardon est nécessaire pas pour oublier mais pour garder cette Force que chaque être humain a besoin pour avancer. Il ne faut pas se battre contre l’Eglise et le Preynat mais contre la pédophilie qui malheureusement ne se limite pas qu’au terrain ecclésial. Mais partout nous devons être vigilants envers nos enfants mais aussi aux autres. La solidarité et la citoyenneté passe par la prévention et le dialogue. Le film est une réussite. Merci du fond du cœur pour vos témoignages et votre investissement. Continuons à prier pour croire, aimer et servir.

  • #968

    Violette (samedi, 06 juillet 2019 16:19)

    Je viens moi aussi de voir le film "Grâce à Dieu de F. Ozon". Un très beau film ! Je suis admirative du courage qu'il a fallu aux victimes des prêtres pédophiles pour dénoncer des actes odieux qui n'auraient jamais dû se produire. Bravo pour vos combats et votre persévérance. J'espère que les décisions prises et par l'Église et les juges apaiseront les souffrances. Encore BRAVO et bon courage à nouveau.

  • #967

    Virginie (vendredi, 05 juillet 2019 23:04)

    Bravo pour ce combat et votre volonté de faire bouger les lignes. L eglise en a tant besoin. Magnifique victoire aussi hier avec le renvoi de l état clérical du pere Preynat. Courage pour la suite

  • #966

    jonquille (vendredi, 05 juillet 2019 20:36)

    Mr Preynat que va -t-il faire maintenant et avoir ? Travailler pour gagner sa croûte et être payé 9 euros de l'heure!!! Comme beaucoup de français.

  • #965

    Delphine (vendredi, 05 juillet 2019 18:50)

    Je viens de voir le film de François Ozon et je vous transmets toute mon admiration pour votre courage et votre ténacité.
    Vous avez osé affronté un système puissant, craint depuis des siècles pour protéger les plus fragiles.
    J'habite loin de Lyon mais je sens que le réalisateur n'a trahi ni vos valeurs ni votre combat.
    De tout cœur, j'espère que vous inspirerez d'autres personnes à dénoncer les actes criminels dont se rend coupable l''Eglise par son silence envers celles et ceux (je pense aussi aux religieuses) qui sont encore victimes des hommes de pouvoir.
    Bravo au réalisateur et bravo à vous tous,
    Delphine

  • #964

    pichon (vendredi, 05 juillet 2019 14:44)

    je suis très admirative de tant de courage. j aurais aimé que mon père en fasse autant avec les frères de Pélussin. Mais je pense que votre action sauvera beaucoup d enfants

  • #963

    gilles (vendredi, 05 juillet 2019 10:09)

    Merci !!

  • #962

    David (vendredi, 05 juillet 2019 08:09)

    félicitations pour votre courage ....
    les petits fleuves font les grandes rivières ....

  • #961

    Annso (vendredi, 05 juillet 2019 00:52)

    Je viens de voir le film "Grâce à Dieu", bravo pour tout ce que vous faites ! Le renvoi de Preynat est une grande victoire, il y en aura d'autres ! Jésus a dit " Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie", gardez la foi, Dieu est à vos côtes dans ce travail de vérité !

  • #960

    Geslan Murielle (jeudi, 04 juillet 2019 18:32)

    Je viens de voir le film de François Ozon et aujourd'hui nous apprenons que Preynat est défroqué ! Quelle bonne nouvelle ! J'espère que la justice le condamnera aussi! Vous êtes tous très courageux, je vous souhaite une belle vie ! Bravo !

  • #959

    Nathalie (jeudi, 04 juillet 2019 17:01)

    "Le père Bernard Preynat, accusé d’agressions sexuelles sur de jeunes scouts de la région lyonnaise avant 1991, a été condamné jeudi 4 juillet à un « renvoi de l’état clérical ».
    article publié dans Le Monde aujourd'hui... enfin ! Quelle route vous avez parcouru pour avoir enfin cette nouvelle. J'imagine que la lutte continue bien sur mais bravo pour votre action encore une fois.

  • #958

    Claire (jeudi, 04 juillet 2019 15:32)

    Bravo pour votre combat pour libérer la parole et faire justice. Bravo

  • #957

    Sylvie (jeudi, 04 juillet 2019 14:40)

    Chers Vous Tous,
    j'ai découvert hier le 3 juillet 2019 le film "Grâce à Dieu" qui m'a permis de mieux comprendre encore l'ampleur gigantesque de ce qui vous est arrivé, à vous tous ... si nombreux.
    La presse rapporte aujourd'hui que le prêtre Preynat est enfin renvoyé à l'état laïc et j'imagine à peine ce que cela peut signifier pour vous tous.

    En tout cas, je pense à vous, à vos familles, à tous ceux qui vous entourent et qui partagent votre combat.
    Je vous félicite du fond de mon coeur.
    Vous rendez le monde meilleur par votre courage, vous le rendez plus sûr pour nos enfants, vous êtes des exemples de résilience...Alors pour tout ça...MERCI!

    Sylvie (une maman parmi tant d'autres)

  • #956

    Mireille (jeudi, 04 juillet 2019 14:31)

    Enfin l'Eglise bouge ! aujourd'hui B.Preynat est rendu à l'état laïc par le tribunal ecclésiastique. J'espère que ce n'est pas qu'un frémissement sans suite. Restons vigilants !

  • #955

    MARTIN Roger (lundi, 01 juillet 2019 23:18)

    Je viens de voir le film "Grâce à Dieu"....... j'en suis sorti tout bouleversé de la souffrance que vous avez tous enduré et du courage qu'il a fallu pour mener ce combat nécessaire.....

  • #954

    Girofare (lundi, 24 juin 2019 21:06)

    Faudrait être
    Ces myriades d'alouettes
    Fonçant droit sur des caveaux
    Et des morceaux de bois
    Plongeant sur des reflets miroir

    Faudrait dire
    A des Habits de cène
    Que le spectacle n'est pas
    Dunes pommades d'illusion
    Badigeonnant les cervelles

    Faudrait dire
    A des Habits de toutes pièces
    Que porter attention
    Désagrège le blabla
    des manèges pour enfants

    Ces robes de palais attisent flonflons
    Sous l'ombrelle des soleils de pluie
    caressant la tête d'ogres barbares
    En vouant culte de miséricorde

    On navigue pas en temps de réalité
    en filant ce pardon de croyance populaire
    Sur des ondes de chemins souffrants

    Est-ce-t-elle la rivière déportée
    Que suie les larmes de Guermantes
    La brume des nuits cauchemardesques
    Qu' accompagnent des vrilles tournoyantes

    Marion-nous en désespérance
    Et tortures endurées par an
    La souffrance taguée sur un wagon
    se creuse sur les rails de l'impuissance

    Et tous ces autres prénoms d'enfants
    Magali, Lucas, Tatiana, Rachid
    Michelle, Maddie, Sarah, ...
    Claquant dans l'effroi et la peur
    Trouvent refuse dans un même wagon
    Celui de la déportation



    Journée internationale des droits de l'enfant 20 NOVEMBRE

    Terri Moïse (les poèmes de Michelle)
    Jean-Jacques Golman (comme toi)

  • #953

    Robert Gossart (jeudi, 20 juin 2019 18:57)

    Monsieur Devaux: Un recensement des victimes d'abus sexuels? Pour quoi faire? Nous savons déjà que nous sommes innombrables et que notre nombre augmente chaque fois qu' un pédo-prêtre score une nouvelle victime! Alors, Mr. Devaux, puisque NOUS LES VICTIMES souvent connaissons le nom de nos prédateurs (NOS Preynats) et souvent aussi les noms de ceux qui les protègent (NOS Barbarins), pourquoi, ne nous demandez-vous pas sur ce LIVRE D'OR les noms de NOS Preynats et de NOS Barbarins, pourquoi n' AFFICHEZ-VOUS PAS ces noms, pourquoi ne les DONNEZ-VOUS PAS à la justice française pour que LA JUSTICE FRANÇAISE les traite en JUSTICE CRIMINELLE?

  • #952

    Sophie de Sinçay (mercredi, 19 juin 2019 07:49)

    Bonjour,

    J'ai vu votre film hier à l'Institut Français de Casablanca.

    J'hésitais à y aller... j'ai bien fait.

    Continuez à vous battre !!!
    Bon Courage !

  • #951

    Coucou (mercredi, 05 juin 2019 16:32)

    Quand la Terre s'arrête de tourner
    Alors tous les enfants en courant
    S'apprêtent à galoper
    A galoper sur le vent
    Et tous les enfants de la terre
    S'écrient à pleine voix « foutue terre »
    Tu nous as pris en misère
    Nos chandails sont troués et nos vie menacées
    Nous pleurons nos peines et notre souffle maudit
    Et préférons les cimetières

    Je vomirai le quatre heures de mes années bénies
    Celles de la fièvre et de tous ces ennuis
    J'irai compter pauvrette à mon amie
    Sans pour autant livrer mon ring et mes combats
    Je partira à l'aventure jusqu'à Paris
    Où peut-être à Lyon dans une crêperie
    J'y jouerai du violon et des ténèbres
    Je lirai des poèmes
    Et tous les enfants de la Terre
    dessineront des girafes et des tableaux
    Sur un chemin de fer

    J'irai proclamé à la terre son devoir de fierté
    D'anoblir la misère et le passé
    Pour qu'enfin je puisse faire un tour en apnée
    Me rappeler ma crinière des jours passés
    Et de cela j'essaierai la marée
    Que porte le glaive de la destinée

    Pour mes frères je suis née
    Dans les taudis de l'enfer du Pyrée
    Pour qu'enfin s'opère ma destinée
    Et celle de mes frères qui m'y ont poussée
    Sur cette drôle de misère des jours passés

    Offrant sacrilèges de leurs pensées
    Où le pieux de la Terre d'un fourmilier
    N'a que faire des rixes familières de mon passé
    Et des couperets incendiaires de ma destinée
    Toute entière vouée en chandelles déclassées
    Du mépris et de la colère du livre sacré
    Et des sortilèges qui m'ont fait tomber
    Par ce marabout déplumé

    Par ses yeux de braises j'y vis ma mort
    Ma folie et mes pierres
    Sous lesquelles j'ai enfoui mon passé
    Qui naguère surgissaient en apnée
    Et me sautait au cou pour apprendre à brasser
    Des colombières et des ports suicidaires
    Tout au bout de la terre

    Si je pouvais me tirer
    J'apprendrais la colère et les mots du passé
    Sur cette fibre de verre j'irai danser
    A ne plus savoir que faire de ce triste passé
    Et sur ces pierres j'irai cracher

    Ne me demandez pas de le faire
    Je suis incapable d'y renoncer
    Ma mémoire mon passé je l'ai décalqué
    Sur ma peau et mes paupières
    Ils y sont crucifiés

    Pauvres mammifères prenez les en pitié
    Ils valent bien la peine que vous les arrachiez
    De ce fumier de prières qu'est la destinée
    Brûlés leurs misères sans être condamnés
    Appuyant leur tête sur des épaules bienveillantes
    Qui comme eux aiment leur passé
    Les rivières ensanglantées et la jeunesse forcée
    Celle qu'on a brisé à coups de fer
    Sur les trottoirs et les rizières

    Ils puent la gloire et marchent à l'envers
    Ils aboient comme font les loups
    Ils tiennent la laisse et les chagrins
    Et prennent au piège des filles en joie
    Et des garçons en confession
    Tous ces enfants perdus au fond Dutroux
    Sous leurs parapluie d'exception
    Que sert le tonnerre et les pétrifications
    N'abritant que la misère des enfants choqués
    Désorientés, massacrés et tués

    Au nom de la loi
    les justiciers des palais
    Effacent les balles de ces meurtriers en liberté
    Que chante et boit l'ivresse des délais passés
    Et délits piétinés
    Créant atrocités dans la tête des naufragés
    Ils rient de ces juges et de leurs subordonnés
    Leur âme danse sur les temps définis
    Des candeurs et des collaborateurs
    Ainsi se crée l'empire des révoltés bloqués
    Et des crimes contre l'humanité
    Que Fourniret rires et bonté en ces temps
    De charité...

    Faut-il avoir moins d'humanité pour nager au plus haut degrés ?

    Les enfants nus sur les galets

  • #950

    Coucou (mercredi, 05 juin 2019 15:10)

    L'enfant non sécurisé dès sa naissance
    et éduquer à accepter les lois de ses parents
    sans broncher
    obéit en conscience et abus aux adultes
    Non déconnecté de ses émotions
    Il s'oblige juste à accepter
    et emmagasine seul et encore plus le gouffre
    de sa peur que forme le socle de son identité

  • #949

    Gyrofard (lundi, 03 juin 2019 12:15)

    La sculpture de la toile tisse l'empire des araignées
    L'emprise du dégoût des volutes abruptes violacées
    Puise l'eau sombre des chutes et des cascades cadenassées

    Le flot décousu de nombre aéronefs ailés
    Brise, parsemé à l'Est, le brouillard d' pluies traumatiques
    Des drivers-cycles patinent bridés sur des dalles tragiques
    Le triste enfer du Nord en asphalte n'est plus que pavés

    Des routes civilisées grisent des têtes que trop brûlées
    Où le vent du Sud prend fuite vers le rond d'autres reliefs
    Vogue le long périple silencieux des aéronefs

    Leurs turbulences balancent l'incandescence des corbeilles
    Illuminent le sol barbouillé des trafics de soie
    Amoncellent cachés au-dessus d'un nid coucous rois
    Des barbelés aux couteaux de crevaisons vermeilles

    Ces viles routes dentelées de baves de sang d'araignées
    Que drainent autos malhabiles traversant les chaussés
    Sur l'ombre du soleil s'encense hémicycles enlunés

    Et de toutes fioles empoisonnées des macabres bestioles
    Qu'inoculent de pensées et de mort des sarbacanes
    Grandioses et infimes planquant des sadiques clous de viols

    Le regard des fenêtres stoppent net les aéronefs
    Et des lois d'apesanteur restreignent le vent de l'Ouest
    Les nuages forts réveillés forment escaliers en l'Est
    La souffrance des paliers si liés s'incrustent sous les nefs

    Tous ces enfants pétrifiés par ce vieux temps d'enfer
    Dégringolent sur toutes les marches de la fraternité
    Sur les bas fonds des crimes commis contre l'humanité
    Que des degrés fondus sapent tout nus l'égalité

    Araneaes dépravées scrutent l'aubaine des temps ivres
    Assises sur le lit de sommes noires et blanches attenantes
    Choyant les lois inscrites à l'intérieur des draps de livres
    Et rient de l'escalier obscure aux pluies effrayantes

    Un vent de liberté (Michael Bully Herbig)
    Nos absents (Grand Corps Malade)
    Les contes aident les enfants à s'endormir et les adultes à s'éveiller ( jorge Bucay)

  • #948

    BOUNIOL (lundi, 03 juin 2019 12:00)

    bonjour
    c"était dans les années 70 durant ma première dizaine d'années
    sous le toit de mon père qui ici s'apparente au rôle de "barbarin"
    aujourd'huis j'approche de la cinquantaine c'est toujours présent

  • #947

    solidaire (lundi, 03 juin 2019 07:38)

    Je vous fais part de mes courriers adressés il y a quelque temps aux diocèses Lyonnais et Stéphanois, en solidarité avec votre action:

    Mesdames ( ?), Messieurs,
    Jeune, j’ai été baptisée Catholique dans le diocèse de Saint Etienne, je n’ai jamais eu la foi devant l’évidence de cette supercherie historique que sont toutes les religions dont la religion Catholique, et les comportement et mentalité hypocrites de nombreux prêtres et Chrétiens.

    Aujourd’hui je dois réagir enfin officiellement devant le scandale de pédophilie et autres viols , à leurs couverture par les hiérarchies Vaticane, Française et autres, au refus de dénonciation auprès des systèmes de Justices des Etats nationaux qui sont les seuls systèmes universels valables.

    Le clergé Catholique serait-il le lieu de rassemblement de prédateurs sexuels et moraux, au plus proche des victimes, et qui se protège par leur droit canon et le silence de la confession?

    En solidarité avec ces victimes de violences sexuelles, ainsi que les victimes de guerres de religion passées présentes et à venir, et afin de régler administrativement ma non appartenance à une religion/secte, je demande donc officiellement mon apostasie .

    Je suis sure que ce nombre croissant de renonciations de foi est communiqué par diocèse et centralisé car alors comment une religion pourrait-elle connaitre et communiquer le nombre de ses « fidèles » ?

    Restant dans l’attente de mon formulaire d’apostasie entérinant ma demande,
    Avec tout mon dégoût pour les pratiques et les lâchetés du clergé Catholique

  • #946

    Marc DuMoulin (samedi, 25 mai 2019 03:44)

    Le Cadinal Luigi Ventura, nonce apostolique en France, a ete entendu pour des agressions sexuelles. Faits qu'il nie ce sur plaintes de 4 hommes. Il a ete entendu de son plein accord et le Vatican ne desire pas lever son immunite. Est-ce que le Pape commence a renoncer a ces derniers dires pour lutter contre les abus sexuels des membres de son Eglise?

  • #945

    jonquille (mercredi, 22 mai 2019 17:50)

    En 1982, je vais au travail à l'hôpital et je pense que d'avoir très mal à l'entrejambes et au ventre c'est normal pour un premier rapport sexuel. Je n'en parle à personne. C'est fin 2018 qu'un thérapeute me demande comment s'est passé le premier rapport sexuel et euh……….les souvenirs remontent de très très loin ,je pensais que ça ne me concernait pas…

    En fait pour l'essentiel je ne me rappelle de rien. Un juriste et une association à Paris me conseillent fortement de le signaler au procureur même si c'est prescrit ainsi qu'au recteur de l'université de pharmacie . C'est au cas où ce Monsieur qui doit être pharmacien continuerai ses pratiques…
    Ayant beaucoup de mal à me rendre compte que j'ai subi ces horreurs sous GHB, je ne fais rien, je n'ai pas la force de Flavie Flament. J'aimerai faire partie d'un groupe de paroles mais y a rien. Alors je le tais au fond de moi, je me donne dans mon travail. La juriste et l'association viol femmes information me conseillent fortement de faire ces démarches mais c'est tellement terrifiant que je garde ça et ne peut pas me reconstruire comme ces professionnels m'ont dit.

  • #944

    robert gossart (dimanche, 19 mai 2019 21:50)

    Je recommande le film sur you tube en polonais avec sous titres anglais: ":TELL NO ONE"

  • #943

    Renaudun (samedi, 18 mai 2019 12:37)

    Les sentinelles ont hissé les grandes voiles
    et s'embarquent en chemin pour un aller simple
    L'aigle attrape aussi la proue du rafiot
    Tous s'acheminent de l'aurore vers la nuit
    Tous sur les flots et le fil de leur vie
    Désertant la cathédrale des Carpates
    Et les macabres îles des déserts cinglants
    Non loin des vampires et des crevures d'âme

    Dissimulés au sein d'une grande armée
    Deux félins marins voguent en liberté
    Une colombe sillonne le dessus de la mer
    Deux mille lieues s'effacera peut-être
    Si le vent séraphin apaise la houle
    Des vagues douloureuses où l'amour s'écroule

    Big Ben sonne, d'en haut le général scrute
    Le poison opaque des clartés De londres
    Sur le vallon de Troye s'héberge la bâtisse
    Cerné des bois et communs de Chevrail
    l'endroit maudit des nuits de l'enfance
    la fournaise des pixels des terres d'errance

    La chaîne d'horreur de plusieurs spectres éparses
    Dont Trois pointures rev'nantes chantent le passé
    Sur la fausse danse d'une peinture de matisse
    Et des pluies de banlieues et de Hantes
    Se brasse les souvenirs d'une tombe en frayeur
    L'éclatement des bombes d'une tête fusillée
    De sa course folle qui plonge vers le hublot
    Evard suinte l'angoisse au centre du tableau
    A traîner dans les cimetières des Hauts de France

    Dès que le vent soufflera

    Hélas ! Le poison et le glaive
    m'ont pris en dédain et m'ont dit :
    « tu n'es pas digne qu'on t'enlève à ton esclavage maudit (Baudelaire)

  • #942

    robert gossart (mardi, 14 mai 2019 18:34)

    Je ne suis pas pédophile, mais j'essaye d'imaginer, pas par sympathie, ce qu'était "mon premier pédophile" (il y en aura d'autres). J'avais 11 ans, nouveau dans ce Collège de Jésuites à Tournai en Belgique. J'étais isolé dans la cour de récréation, il m'approcha. Je ne le connaissait pas, mais je devais obéir comme mes parents l'avaient ordonné. Suivirent des contacts réguliers où il parlait, et j'écoutai le moins possible, où il rapprochait sa chaise de la mienne et je retirai ma chaise de la sienne, oú il prenait ma main dans la sienne, et je retirai la mienne, et où il vantait la beauté de mes poignets, et où il m'appelait "cornichon" (?), et il riait, il riait, et où je m'ennuyais à mourir attendant que sonne midi, moment où je pouvais partir. Deux ans! Le temps pour moi de grandir en taille, en muscle, en poils! Le temps qu'il s'ennuie et, je suppose, qu'enfin s'évapore ses pensées perverses ...

  • #941

    Pierre (vendredi, 10 mai 2019 18:30)

    Le film la mauvaise éducation d'Almodovar diffusé récemment sur arte traite des conséquences dramatiques de la pédocriminalite d'un prêtre sur la vie d'un enfant innocent
    devenu adulte et sur sa famille. Film suptil.

  • #940

    robert gossart (jeudi, 09 mai 2019 16:35)

    Lettre pour Pierre Fontanari: et tout autre-LPL directeur. Merci pour votre action. MAIS, votre forum est trop compliqué. Il s'adresse à des VICTIMES, gens simples (COMME MOI), parfois vieux (comme moi), souvent pas internet-éduqués (comme moi), mais qui veulent PARTICIPER (comme moi).
    Par exemple: m'inscrire? sans succès!! malgré mes qualifications élémentaires: victime+pédiatre+psychiatre ...
    Par exemple: assumant que souvent les pédophiles sont des "multicriminels", dans votre forum, il serait simple que vous établissiez une liste de LIEUX que vous rendiez publiques où des victimes attacheraient anonymement leurs noms (par vous nummérotés), afin de construire des statistiques géographiques ...Autre exemple: liste de sujets de discussion entre psycho/psychiatre (traitement, taxonomie des comportements pédophiles, proportions de psychopathes vs. mal éduqués ..., à vous lire ...

  • #939

    Thierry Adant (jeudi, 09 mai 2019 14:10)

    A Françoise #932.

    Bonjour,
    si comme vous l'écrivez Preynat a révélé qu'il était malade,l'inconscience(absence de conscience) de ses supérieurs quant à la gravité des faits dont il est reprochable a bien été révélée.
    Si non,il aurait été écarté du "circuit",ce qui n'a pas été fait.
    C'est donc sa hiérarchie toute entière qui na jamais pris au sérieux la gravité des faits ni tenté de mesurer les conséquences de ses actes sur les victimes.

    Quant à pardonner,je ne suis pas certain que l'homme a le pouvoir de pardonner.
    En ce qui me concerne,je ne suis pas prêt à envoyer dans l'éther des pardons à l'envi.

    Et si je m'autorisais un jour à pardonner,il faudrait qu'il y ait au préalable une demande officielle de pardon.

    Quand une victime vient communiquer avec son agresseur,elle est en demande de paix.
    Si l'agresseur n'est pas touché par cette démarche (rare mais existante),si sa repentance n'est pas sincère,il n'est pour ma part absolument pas question d'envisager un pardon.

  • #938

    robert gossart (mercredi, 08 mai 2019 23:22)

    Lettre à François Devaux: Bravo pour votre bon travail! Mais pourquoi ma contribution financiaire ne vous parvient-elle pas?? Voulez-ignorer les milliers de victimes de la FRANCOPHONIE qui souffrent et QUI VOUS LISENT, et qui veulent vous soutenir financièrement? Ignorez-vous que les pédophiles ça voyagent: Belgique, Suisse, Afrique FRANCOPHONE, Canada FRANÇAIS, Liban (où Preynat et Barbarin étaient copains avec l'église maronite)...

  • #937

    Marc DuMoulin (mercredi, 08 mai 2019 03:35)

    Francoise #932, je tiens a vous dire que Preynat pour se defender dit etre malade. C'est une vieille defense de la part des pretres. Ce qui signifie que L'Eglise Catholique a 100.000 maladies? Le plus malade etant Francis. Pourquoi donner a l'agresseur, un abuseur commet un acte criminal et d'apres toutes les Lois doit etre punit
    Pensez a vos mots: "Quand on pardonne on ne change pas le passe, on change l'avenir". Un agresseur etait le meme pour mon cousin, ce dernier s'est suicide a l'age de 44 ans alors qu'il avait une grande famille, bonheur, travail et plus? Pensez vous que je puisse pardonner a notre agresseur. Je me demande si mon pere aurait pardonne Hitler?
    Effectuant des recherches, 15 Papes du passe etaient grands debauches. Un avait meme la "syphilis".
    Je n'ai absolument aucun respect pour un member du clerge ( Pape, Cardinal, Eveque, pretre) ayant abuse de petits enfants. C'est impensable. Je n'ignore pas que l'Eglise n'est pas seule ayant des pedophiles, mais l'Eglise ne fait abolument rien en vue d'arreter cette habitude. Ne pas oublier qu'avant son voyage au Chile, Francis a fait des remarques non plaisantes vis a vis des victimes. Et meme a plusieurs occasions.
    Francis dirige un gang avec la permission des fideles (argent) et authorites (Loi). Attendez que les faits soient reveles en Afrique.

  • #936

    Guerric (mardi, 07 mai 2019 06:47)

    LUTTER CONTRE LA PÉDOPHILIE, C'EST RÉPONDRE DE FAÇON CONCRÈTE À CES DEUX QUESTIONS :

    1) Comment éviter que ça survienne ?
    - qu'un enfant sache où un adulte ne doit pas le toucher ;
    - que cela soit verbalisé publiquement et collectivement et affiché dans les lieux en question (locaux de catéchisme, centres de loisirs, classes...etc.) ;
    - puisque 75% des infracteurs pédophiles de l'échantillon de 300 prêtres de Pensylvannie qui ont défrayés la chronique en août 2018 ont une orientation sexuelle homosexuelle, faut-il exclure du sacerdoce les personnes à orientation homosexuelle pour éliminer 75% des cas possibles ? Dilemme !
    2) Quand c'est survenu, comment éviter que ça perdure ?
    - que les parents portent plainte à la première incartade d'une part et d'autre part le fassent savoir

  • #935

    Guerric (mardi, 07 mai 2019 06:31)

    Bonjour,

    "Pourquoi tu n'as rien fait ?" : dans le film "Grâce à Dieu", c'est la question que l'une des victimes pose à sa mère !

    Et pourtant aucune victime n'a jamais porté plainte contre ses parents, les premiers à savoir.

    Or le dépôt de plainte des parents suffit à enrayer la chose, que l'infracteur soit un clerc, un enseignant, un animateur de centre de loisirs, un coach sportif ou autre.

    Ainsi, faute des parents des victimes en ne portant pas plainte est considérable et pourtant aucune victime n'a jamais porté plainte contre ses parents, les premiers à savoir : on est vraiment dans une situation délirante !

  • #934

    Kannon Nallet (jeudi, 02 mai 2019 13:06)

    Bonjour, je suis parent et professionnelle de la « petite enfance »
    Que justice soit faite pour ces enfants violes ... que leurs mots et maux soient écoutés reconnus !
    Qu il est long le chemin de l enfance, d adolescent ,d adulte quand on s est retrouvé sur celui de ces prêtres la , et que l’on garde au plus profond de soi ce lourd secret , pesant.
    Libérez votre parole , dénoncez ces prêtres pour vous même ,et pour épargner d autres enfants innocents comme vous !
    Les maux de l enfance , ne s’oublient pas , alors parlez!
    Que justice soit faite !
    Il est plus facile de parler d une cathédrale qui brûle que d enfants violes par des prêtres !!!!!!
    Stop!!!
    Écoutez ces adultes d aujourd hui qui étaient enfants hier et qui ont croisés le chemin de ces prêtres !
    ECOUTEZ LES!
    Je soutiens la parole libérée!
    KN.

  • #933

    Robert Gossart (mercredi, 01 mai 2019 02:05)

    Mais non, Monsieur ou Madame Guerric #927, nos chers parents ne savaient pas! Ils ne savaient pas qu'ils étaient trompés et manipulés par d'adroits criminels. Le curé de ma paroisse était le confesseur de Maman. La victime (moi) à onze ans n'a "compris" que trente ans plus tard la filouterie criminelle.

  • #932

    Françoise (mardi, 30 avril 2019 17:46)

    J’ai découvert votre site, « La parole libérée » après avoir vu avec mon époux, le film « Grâce à Dieu », le 7 mars dernier, jour du procès de l’archevêque Barbarin. O combien j’ai été touchée par tous ces témoignages qui parlent de souffrances, de douleurs, de doutes et de questionnements, et je pense à vous tous, victimes, croyants catholiques, prêtres, religieuses et autres dignitaires de l’église.
    Je n’ai pas été victime d’abus mais je souhaite contribuer à ce site par mon témoignage.
    Issue d’une famille très « pratiquante » - l’un de mes ascendants a été canonisé par le pape Jean Paul II – j’ai vécu il y a 38 ans un an à Exeter en Angleterre dans un couvent de religieuses pour apprendre l’anglais et donner des cours de Français aux élèves. A l’époque je me serais bien fait bonne sœur comme elles, car j’avais une grande foi. Mais les réalités du couvent et la soumission de ces religieuses à des règles très strictes, leur attachement à Jésus comme le fiancé de chacune, la permission de voir leur famille qu’une fois tous les 4 ans, tandis que je souffrais d’être éloignée de ma famille me troublèrent. Je me suis dit Dieu ne demande pas cela. Devenue adulte, au fur et à mesure que le fond de l’évangile me portait, me parlait, je prenais mes distances avec l’église, me libérant des dogmes qui me semblait sur bien des aspects très éloignée du Sermon sur la Montagne Matthieu 5/7), qui est un accomplissement simple : aimer tous les hommes, pardonner toutes les offenses, faire la paix, ne pas juger, se rendre libre de tous préjugés, etc. Au cours de mon cheminement, j’ai lu un jour un livre qui m’a inspiré et conduite à voir qu’en effet peu importe ce qu’on croit, comment on prie, aucune contrainte, c’est seulement accomplir le Bien qui compte pour son salut et le salut du monde et appeler les hommes à reprendre ce chemin ;
    J’ai lu les témoignages, et parcouru le livre d’or et visionné en particulier le témoignage sur KTO de Daniel Pitter, « Mon père je vous pardonne ». Je n’ai certes jamais été confrontée à un drame épouvantable mais je me prépare sans cesse, si cela devait m’arriver, à pardonner en toutes circonstances. Devant notre humanité si malade, je suis convaincue que le pardon est la seule issue pour améliorer le monde. C’est parfois compliqué et je le comprends mais le pardon libère le pardonneur comme le pardonné, (même si nous crions notre chagrin, notre douleur). Pardonner ce n’est pas oublier, ni laisser faire, c’est un devoir d’amour que de protéger les victimes de l’agresseur, mais ça l’est aussi, de donner à l’agresseur, petit ou grand, le temps de retrouver la lumière, de changer sa vie ! Le père Preynat a reconnu qu’il était malade, il n’a jamais nié, mais qui l’a aidé à sortir de sa perversité, comme celle de tant d’autres ? N’avons-nous pas notre part de responsabilité dans ces turpitudes du monde, partout la publicité, les médias, la pornographie, les paroles dégradantes, l’obsession du sexe incitent au mal. La justice d’Etat devrait elle aussi, se poser la question du bien fondé de ses sentences, de ses condamnations, du pesage des peines, de la vengeance sans fin. Quand on pardonne on ne change pas le passé, on change l’avenir.
    La Parole s’est libérée ici, la honte des agresseurs et des complices est salutaire ! Ceux qui ont souffert vont pouvoir se reconstruire et être allégé du poids de leurs blessures, malheureusement pour certains, cela les a déjà détruits. La pédophilie depuis des générations sévit partout, dans l’église catholique, la loi du silence et l’inertie des hiérarchies, ont été choisies pour maintenir l’institution ; le devoir du célibat comme vertu pour consacrer sa vie à la Cause de Dieu, a certainement généré de la souffrance chez certains prêtres qui sont tombés dans le mensonge et la perversité. Je crois que nous sommes tous faits pour aimer et être aimés, aller à l’encontre de cela est un défi aux créatures que nous sommes, faites de chair, d’esprit et d’âme , un défi à notre vocation au bonheur.
    La Parole libérée et après ? Est-il noté sur ce site ..
    Ni dans la vie civile, ni dans la vie religieuse nous avons réussi à vivre en paix, libres, d’égal à égal (sans pouvoir sur les consciences et les cœurs), dans l’amour du prochain. Pourtant seul l’Amour, comme unique loi, nous fera retrouver la Vie et le bonheur !
    Ce simple appel de l’évangile, traversant les siècles, n’a pas encore été réalisé concrètement dans la vie sociale. Ce n’est pas une utopie mais une sagesse que de s’y atteler ; C’est la raison pour laquelle en 1974, Jésus, le ressuscité, s’est manifesté à Arès (petit village de gironde, en France) pour relancer ce qui n’a pas été accompli. L’ événement a tant dérangé qu’il est mis sous silence depuis près de 45 ans, pourtant le Sermon sur la Montagne vécu sera garant d’un monde libre et heureux et sauvera ce monde !
    A vos côtés dans l’amour, chacun à sa manière faisons-le vivre.

  • #931

    Charles (samedi, 27 avril 2019 17:23)


    Des couleurs détruites
    aux bastides sacrifiées
    se sont endormis
    des enfants amis
    sans larme sans arme

    De ce silence
    le roitelet s'est téléporté
    vers la pommeraie
    emmenant en refrain
    sa peur sur le chemin

    Azraël l'escortait
    une vilaine non sien
    qui l'aimait trop bien
    et qui avait pour elle
    des tartes plein les mains

    Le roitelet longeait ainsi
    les routes et les détroits
    et pour un écart sur le trottoir
    son cœur apprenait par cœur
    les roustes de la rancoeur

    Près de la grille du comptoir
    en embuscade quelqu'un l'attendait
    dans le vacarme des cris libératoires
    l'escroc du troupeau patientait
    le malhonnête le receleur du péage
    trois quatre bonbons il exigeait

    Le roitelet avait sept ans d'âge
    comme une bouteille sans ancrage
    c'est drôle mais les tripes quel saccage

    Il avait à peine ravalé sa peur
    que le malfaiteur en sueur
    sur le perron agonisait
    son corps se déplumait
    ses habits à terre jetés de la mer
    sur son croupion le frappait

    Le brigand hurlait sa misère
    le supplice comme partenaire
    la cour en regard de voyeur
    fixait en terreur celui qu'on exhibait
    médusée par tant d'horreur

    Puis d'un coup spontané
    vint le spectre d'un accidenté
    le tableau noir de frayeurs nées
    l'éponge d'une tête et d'un nez
    arracher de terre par les étiquettes
    sur la moquerie d'une vieil chouette

    Surgit la claque d'une femme chalutier
    la croyance de quelques phrases erronées
    qui a bu la coupe des salades empestées
    sur la plantation de ses amandiers

    Dégoûté par ce temps de fracas
    le roitelet se mue en aigle
    et déploie ses grandes ailes
    transportant le livre sacré
    dérobé dimanche dernier
    dans l'invisibilité de toute l'assemblée

    le soleil et la lune